Les Tellectuelle en vacances au Clos de la Garenne

>> jeudi 31 mai 2012

Pour ce pont de Mai en famille, j'avais une seule exigence : partir ailleurs.

Le "ailleurs" s'est retrouvé à Puyravault, me demande pas pourquoi. Un de ces hasards bizarres quand tu fais une recherche sur Internet, et au bout de tas de clic, tu te retrouves sur le site d'une chambre d'hôtes qui te tape dans l’œil.

Nous qui sommes habitués à faire des tableurs Excel multicritères pondérés afin de choisir un hôtel pour une nuit, là, on s'est dit "Banco".


A vrai dire, j'ai un peu honte mais c'est cette photo-là qui m'a persuadée :

© Le Clos de la Garenne
(L'espoir d'avoir quelques minutes de paix, peut-être.)


Alors on a envoyé un mail, reçu une réponse super rapide super gentille, et après, on a regardé où c'était.

Eh bien, je vais t'apprendre un truc, Puyravault c'est entre La Rochelle et Niort.

T'es bien avancé hein ? Bon je vais pas faire ma maline. Il y a un mois dans ma tête :
  • La Rochelle = grosse ville au bord de l'océan avant Bordeaux,
  • Niort = rien.
Puyravault, c'est par là.



Eh bien, en fait, entre les deux, y a le marais poitevin !!! Et le marais poitevin, c'est la vie !

Bon je t'en causerais un autre jour (j'y ai trouvé la maison de mes rêves, j'ai même envisagé de déménager à Niort -nan mais t'imagines un peu l'envoutement ??? Niort quoi !-, jusqu'à ce que je comprenne que pour y accéder il fallait y aller en barque).

Là, je veux te causer de la chambre d’hôtes.

Le Clos de la Garenne, ça s'appelle. Confond pas avec l’hôtel qui est en Lorraine et qui s'appelle pareil (c'est d'ailleurs en faisant une recherche sur lui qu'on est tombés dans le marais. Plouf.).

Je voulais tester le concept de la chambre et de la table d’hôtes mais tu me connais, je suis rien qu'une connasse froide et distante qui n'aime pas trop trop causer aux inconnus, alors j'appréhendais un peu.

Dès l'arrivée, on a été charmés.

A ce stade du récit, me voilà obligée d'expliquer que la seule photo qu'on ait prise de la chambre d'hôte est celle-ci :
C'est choli quand même non ?

Bon, on est pas totalement hors-sujet, j'aurais aussi pu prendre une poignée de porte à la place, ça m'est déjà arrivé.

M'enfin, je vais illustrer à partir des photos du site, et parler avec les mains de façon expressive, comme ça tu comprendras tout quand même.

Déjà, direct, on a vu les moutons (un taaaaas de moutons) les ânes (deux ânes) et la basse-cour (pleeeeeeiiiiiiiiiiin de poulets !). Gros gros bonus auprès des parisiens, je te le dis.

© Le Clos de la Garenne

 Ah tiens, je viens de retrouver une photo issue du portable de l'Homme (la deuxième et dernière photo prise sur place donc) :
On a bien aimé les ânes je crois.

Le jardin n'est pas un jardin, c'est un parc. De l'espace, du vert, du calme. On entendait les oiseaux, je te jure, j'ai failli en faire une crise de tachycardie.

© Le Clos de la Garenne

Une balançoire, un tourniquet, un filet de volley. Des ballons, des transats, des boules de pétanque en libre service.

Ambiance de maison de famille.

La maison est meublée de meubles chinés ou de famille. Ambiance XVIIIe dans le salon, XVIIe dans la salle à manger (comme les murs des pièces,  d'ailleurs, car la maison a grandi au fil des siècles).

Au petit dej', plateau tournant avec une dizaine de confitures maison, comme chez ma Mémée, mais avec encore plus de goûts différents. Et des œufs à la coque du jardin. Et sache le, mais l’œuf frais, à la coque, pour moi, c'est vraiment le luxe et le bonheur à l'état pur.

Et puis le soir, repas avec les hôtes, Brigitte et Patrick. Eh bien, hôte c'est un métier, et ils le maitrisent à la perfection. On a papoté tout le repas, de tout et de rien, de l'histoire du lieu, de leur histoire personnelle, comment ils sont arrivés à Puyravault avec ce projet un peu fou (à l'époque, c'était pas la grande grande mode des chambres d’hôtes cosy comme aujourd'hui). Je ne sais plus bien de quoi on a parlé, mais c'était vraiment agréable et intéressant.

Franchement, je me suis rarement sentie aussi bien accueillie, avec nos deux enfants en bas âge. Ah oui, parce que tout était prévu, et pas que dans la chambre. Dans le joli salon XVIIIe, par exemple, il y avait des Kapla, des livres, des jeux de société.


Pour finir, et pour montrer la sérénité des lieux, le lieu est décrit abondamment dans ce joli livre de voyage : Go Slow France, qui recense les lieux où prendre son temps. Une certaine idée de l'art de vivre.



Pour en savoir plus :
    Le Clos de la Garenne
    Brigitte et Patrick FRANÇOIS 
    9, rue de la Garenne  
    17700  PUYRAVAULT 
    05 46 35 47 71 

    http://www.closdelagarenne.com/

4 contributions extrêmement pertinentes:

La Prune 31 mai 2012 à 09:07  

Et ben ça donne envie dis donc... (même si chez nous on voit souvent des ânes, des poules et des moutons, je m'en lasse pas)

cinderella1982,  31 mai 2012 à 12:35  

et oui!!! c'est ça la Charente-Maritime et le Marais Poitevin!!! que du bonheur!! on te revois quand chez nous alors? ^_^

Brigitte et Patrick 2 juin 2012 à 12:57  

Merci, merci Hélène ! Et bravo pour le récit vivant et plein d'humour. On se croirait chez nous (LOL) !
Dommage que la météo ait été maussade lors de votre séjour. En ce moment c'est déjà l'été et on vit dehors. Le Cottage continue son relookage extérieur (ça y est tous les volets sont gris et la terrasse est toute neuve). Les 14 pieds de tomates sont plantés, les fleurs fleurissent, les oiseaux chantent, tout va bien !
Au plaisir de vous revoir tous les 4 et bisous aux 2 mignonnes.

celmakie 14 juin 2012 à 21:17  

J'adore c'est très drôle ! La grille de lecture des proportions à la campagne n'est pas la même qu'à paris. Ils disent "jardin entretenu", et tu as un parc paysager avec sculptures florales et fontaine en marbre du 16eme siècle qui marche encore. Ils disent "charmant potager" tu te retrouves avec 16 hectares de culture agricole, ils disent "quelques arbres fruitiers" et tu te balades dans une palmeraie... "la boulangerie? Vous suivez le petit sentier vous n'en avez pas pour longtemps" et te voilà dans un treck de 4 heures sans bouteille d'eau ni bâton de marche. Un "repas leger" comporte en entrée 16 variétés de pâté de campagne et de saucisson, et une "bruine" c'est une tempête avec risques de tornade d'après meteo france...

Enregistrer un commentaire

  © Blogger template Simple n' Sweet by Ourblogtemplates.com 2009

Back to TOP