Musique maestro !!

>> mardi 27 décembre 2011

Progéniture aime bien la musique. Ses CD bien entendu, plus ou moins horripilants, mais aussi les nôtres.



Ses CD préférés se sont ainsi vus renommer, souvent très classiquement.


Voici "Le Piano"



"La Trompette"



"La Guitare"



Mais parfois, ça confine au jeu de mot foireux.

"La chanson du Sanglier"
dite encore "On neusé pu Sanglier"
 



Voire carrément au surréalisme pur.

Ceci est "La mère Michel Papapou en anglais"



Le premier qui trouve pourquoi a gagné, (chais pas encore quoi, mais va falloir que je m'arrache tellement ça m'épaterait que quelqu'un comprenne).

Read more...

Joyeux Noël !!

>> lundi 26 décembre 2011

Certains m’objecteront que je suis un chouilla en retard,.


Moi je me trouve très en retard ou très en avance, c'est selon, puisque cette année, Noël c'était le 23 décembre chez l'Homme et ce sera le 29 chez moi et puis c'est tout.

Le jour de Noël (hier donc), nous étions dans une voiture / un train (même pas Family, ce fuit le bonheur) / un taxi de luxe à l'itinéraire hasardeux.

Alors moi je vous dis, quelque soit la date et l'heure :


Joyeux Noël !
 Que la joie emplisse vos foyers et que l'amour scintille dans vos cœurs.



Etiquettes prévues pour la gRRRRRRande tombola de cadeaux du 29. 
(Concept et réalisation totalement pompés sur
celui des cadeaux du Tricot Thé Géant de décembre de chaque année
.)

Read more...

Le TGV Family : plus jamais ça !

>> lundi 19 décembre 2011

Quand l'Homme a réservé les billets pour ce départ en vacances, il a vu que nous pouvions prendre l'option "Family".

Kezako ? Je te copie le site de la sncf :

Embarquez pour un voyage inédit plein d'animations et de surprises à bord d'une voiture TGV Family spécialement décorée.
Un animateur s'occupe de vos enfants en leur proposant des activités (principalement adaptées aux enfants à partir de 4 ans) à faire en groupe ou à leur place : ateliers de création, dessins, concours, spectacles... Et pour les parents, participez aux activités ou profitez d'un vrai moment de détente avec des magazines, des jeux, des films mis à votre disposition.

Entendant ça, j'ai dressé l'oreille et dit "un voyage de 5h où Progé peut être prise en charge, même pour une petite heure ? je prends !"

Alors on a payé 20€ (oui, c'est 5€ par personne en plus des billets -qui étaient déjà une fortune, grand départ oblige-).

Le TGV Family en théorie
(là, les parents se font une petite séance de quick-sex dans les chiottes, nous ne voyons pas d'autres explications)


J'avais oublié le descriptif idyllique et tant mieux, parce que c'est encore plus décevant en le relisant (non, je n'ai vu aucun magazine pour les parents, et on repassera pour le vrai moment de détente).

Je m'attendais à une rame adaptée, on s'est retrouvé dans la voiture de tête, donc avec obligation de remonter les 20 rames sur tout le quai. Bien vu la SNCF. Il est aussi utile de préciser que la table à langer est à 3 voitures de l'espace Family ... Bien vu la SNCF (bis).

En guise de rame adaptée/décorée, ce fut une rame classique et bondée, avec aucun espace adapté. Impossible de regrouper les enfants : toutes les places sont prises. Le jeu de taquin serait infernal.
De plus, l'espace Family est coupé en deux par une plate forme, avec une zone de 16 places à part, où nous sommes installés. L'unique (!!) animatrice se retrouve à courir entre les 2 espaces nous assurant à chaque fois qu'elle ne nous oublie pas.

Les animations sont sympathiques, et bien que Progéniture n'ait que 3 ans, elle accroche, l'animatrice sait s'adapter et cela me fascine vu le nombre de mômes. On fait un dessin de Noël avec des gomettes, un papillon en papier et cure-pipes, on décore une boule de Noël en polystyrène et, le clou du voyage, on apprend à sculpter un ballon en forme de chien ou d'épée.
L'animatrice propose aussi des jeux, un lecteur DVD (qui tombe en rade de batterie au 2e film visionné). On ne pourra pas le nier : elle donne tout ce qu'elle a.

Je n'avais pas appréhendé que "TGV Family" voulait dire concentration extrême d'enfant. Enfin si, mais je pensais qu'ils seraient regroupés. Et pas à coté de mes oreilles.

Il faut bien avouer que les enfants à proximité furent très sages. Je ne peux pas en dire autant des adultes les accompagnant. J'ai failli jeter une grand mère par la fenêtre : en 5h, elle a su utiliser tous les moyens de communications non épanouie et non respectueuse avec ses 3 petits fils (qui furent, je le répète, des amours).
- "Mais c'est totalement ridicule ton dessin là !"
- "Ah parce que tu crois que tu vas t'amuser pendant tes vacances ? Je vais te dresser moi !"
- "Arrête de faire des videos avec ton appareil ! tu vas vider la batterie/ta carte mémoire ! et puis elles sont nulles tes videos !"
- "MAINTENANT VOUS VOUS TAISEZ ! VOUS FAITES TROP DE BRUIT A HURLER COMME CA ! LA DAME A MAL AUX OREILLES" (la maman de derrière avait simplement dit "maintenant, on se calme un peu les enfants ! car le niveau sonore avait un peu monté lors de l'animation de ballon -tu m'étonnes-)

Heureusement, notre petit espace étant surchauffé et non ventilé ("oui parce que vous comprenez si on baisse le chauffage chez vous, ils auront froid à coté" nous a expliqué la contrôleuse. Nous avons apprécié de valoir moins que "ceux d'à coté" qui étaient tous en T Shirt), j'ai passé la quasi majorité du voyage dans l'interwagon, non chauffé, avec Entropie. Entre ma sinusite et sa bronchiolite, nous ne pouvions pas rester dans un espace confiné (j'ai failli tourner de l’œil, elle est devenue rouge fluo).

J'ai donc évité un homicide de petite vieille sous les yeux ravis horrifiés de ses trois petits fils.


Bref, comme l'a très bien remarqué une maman derrière moi : l'espace Family, ça vaut pas une bonne équipe de parents bien rodés et bien équipés.

Read more...

Barney, I love your suits*

>> vendredi 16 décembre 2011

* Barney, j'aime tes costumes

Moi, j'aime bien Barney Stinson. Voilà un personnage qui prouve qu'une caricature poussée à l'extrême peut être riche et complexe.

Bon, je l'aime surtout parce qu'il est furieusement drôle.








PS : si vous ne connaissez pas How I met your mother, foncez !

Read more...

Le maquillage, ça me colle à la peau.

>> mardi 13 décembre 2011

J'ai découvert ça chez Nana, ça a l'air d'être la mode de montrer sa tête sans maquillage sur les blogs Bôôôté.

Moi, je savais pas que c'était trop hype, mais je l'ai déjà fait. Nan parce que si j'attendais d'être maquillée, coiffée, amincie, recolorée, remontée du bide et du nichon pour vous montrer des trucs,  j'alimenterais plus ce blog ...

Totalement à contre courant, je vais vous raconter que parfois, c'est pas ta faute, mais t'es o-bli-gée d'avoir du maquillage sur ta tête.

Hier soir, chez Monop' (je ne vous épargne aucun détail de ma vie passionnante), je reprends un mascara noir. En effet, la dernière fois que j'ai utilisé mon tube de mascara noir, une douce odeur de babybel a envahi la salle de bain. Je l'ai quand même appliqué (mes yeux ne sont pas tombés, merci de vous en inquiéter), mais je l'ai jeté dans la foulée.


Bon, je prends un mascara plein de promesses, comme toujours. Effet liner, carrément. Avec du khol dedans. Whaouh !
N'y tenant pas, je le teste, vers 20h, juste après le coucher des filles.


Je trouve le résultat super mitigé (pâtés et cils tout droits pas recourbés jolis), mais je laisse sa chance au produit, je me dis que je retesterais plus tard, que c'est moi qui sait pas l'utiliser.


Et vers 23h, c'est le drame : je me démaquille. Selon la méthode du millefeuille, s'il te plait. Donc double nettoyage : à l'huile, puis à l'eau (ça fera un escargot tout chaud). J'obtiens de magnifiques cocards.
Je retente un coup au coton avec du démaquillant spécial zyeux. Le cocard persiste. Je songe à passer à l'alcool à brûler, ou à la javel, mais mes paupières demandent grâce.
Je laisse donc tel quel, j'applique sérum et crème et hop ! au dodo !

Le lendemain matin, le résultat est édifiant :
Photo sans retouche à part la luminosité (merci les ampoules basse consommation)

Une douche + un coton de démaquillant plus tard, je crois que je m'en suis sortie, mais le traumatisme est là, bien présent.


Bref tout ça pour dire, que moi, une photo sans maquillage, des fois, je peux juste pas. Par contre, au lever, avec boutons, cheveu en folie, gros plan sur les points noirs et les cernes, ça va j'assure.

Read more...

Ce film est-il sexiste ? Le Bechdel Test

>> dimanche 11 décembre 2011

J'ai découvert récemment le Bechdel Test. Il s'agit d'un test extrêmement simple pour savoir si un film propose une représentation féminine.


  1. Il y a au moins deux femmes dans le film ...
  2. ... qui se parlent ...
  3. ... d'autre chose que d'un homme.
En lisant ces questions simples, j'ai cru que c'était finalement assez facile de passer le test.

Pas tant que ça, puisque d'après les stats du site du Bechdel Test, seuls 51% des 2798 films testés répondent aux 3 conditions.

Il ne me parait pas pertinent de souhaiter que tous les films passent ce test. Il serait particulièrement ridicule d'exiger qu'un film se passant dans une prison pour hommes le passe par exemple.
Mais, si on créait un test inversé (Il y a au moins deux hommes qui se parlent et d'autre chose que d'une femme), il est certain que la très grande majorité des films le passeraient.
C'est ce déséquilibre qui est choquant à mon sens.


Hier soir, sur les conseils de Moog', j'ai regardé Downton Abbey. Il s'agit d'une série télé relatant les aventures d'une famille de l'aristocratie anglaise, confrontée au problème de la succession du domaine familial. En effet, les héritiers mâles ayant péri dans le naufrage du Titanic, que va devenir la famille, dotée uniquement de descendance féminine ?


Voilà un bon sujet, qui ne devrait pas passer le test me suis-je dit. S'il y a bien plusieurs femmes qui n'arrêtent pas de se parler, elles doivent forcément ne parler que de la succession, et donc d'hommes, puisque seul un homme peut hériter ! L'autre grand sujet de conversation, ce sont les probables mariages que peut faire la fille aînée, ce qui lui assurerait un avenir. Qui dit mariage dit homme visé.

Eh bien, il le passe finalement haut-la-main, car on a au moins une scène entre la cadette de la famille et sa femme de chambre qui souhaite devenir dactylo. Aucune trace d'homme là derrière, rien que deux femmes qui parlent d'avenir et de leurs aspirations personnelles.

Downton Abbey prouve donc qu'il est possible de passer ce test malgré une histoire située dans une société patriarcale et profondément sexiste.

C'est Moog' qui va être contente !

Read more...

Chuis dans un état proche de l'Etat Pur

>> lundi 5 décembre 2011

Tout d'abord, je vous signale que si vous voulez lire des choses qui font se connecter vos neurones, je causais vendredi dernier sur le blog des Vendredis Intellos.

Bien ! Passons à présent à de la bonne futilité qui détend.

Depuis que le concept a été lancé (cet été je crois bien), je suis fan du site de la marque Etat Pur.

Si vous connaissez pas, le principe c'est qu'il vendent des crèmes "de base", que l'on peut choisir plus ou moins fluide, plus ou moins riche selon notre qualité de peau. Et après (ou plutôt, avant), État Pur propose un tas (nan mais je dis un tas, mais en fait c'est tout plein tout plein) d'actifs "purs".

Ce que j'aime bien c'est que ça a l'air "scientifique" tous ces noms à coucher dehors, accompagnés de leur dosage. Par exemple : isoflavones de soja [145mg], acide salicylique [300mg], bisalobol [25mg] ...
C'est presque poétique, non ?

Sur leur site, j'ai passé des heures à me balader par problématique (âge, imperfection, taches, etc.), à remplir des paniers entiers d'actifs, et puis j'abandonnais car je ne savais jamais me cantonner à 2 ou 3 actifs seulement.

Et enfin, ils ouvrent une boutique, pardon un "concept store".
J'avais une après midi de libre, quelques courses à faire dans le coin alors je m'y suis pointée comme une fleur pour tester leur diagnostic de peau et me faire aider dans mes choix.


La boutique le concept store est très chic et lumineux, les dames sont en blouse blanche, fraiches et jolies. Les actifs sont présentés dans des vitrines lumineuses, comme des sacs à main de luxe. On sent qu'on est chez les pros de la cosmeto.

Le diagnostic est rigolo comme tout et un peu beurk. La dame en blouse te passe des petites éponges sur différentes zones du visage et les met dans la machine à diagnostic : on voit à l'écran comme c'est bien gras. Miam.
Puis elle te scotche et te déscotche, rebelotte dans la machine, et là tu vois toutes tes peaux mortes à l'écran. Remiam.
Enfin, une photo en méga gros plan d'une pore (un point noir en clair) et d'une ridule (elle a joué la gentille en me faisant croire que c'était très difficile à trouver, y en avait qu'une au coin de l’œil). Youpi.

La machine te sort l'âge de ta peau, un peu comme la Wii Fit te sort l'âge de ton corps -39 ans pour moi-, ou le Dr Kawashima celui de ton cerveau -au dernières nouvelles, mes neurones ont 65 ans-. Là, ça va, la machine me donne 31 ans, j'ai même plus besoin de passer le cap de la trentaine, c'est fait ! Pour rattraper mes 2 années "d'avance", une bonne hydratation suffira.

Puis on papote de mes attentes, les réactions de ma peau en ce moment, nos amants, etc.

Et enfin, on passe à l'ordonnance, la dame en blouse coche ce qui lui parait le plus adéquat pour le moment et je ne m'en sors qu'avec 3 actifs. A chaque fois que je tente d'en rajouter "et pour mA ridule ? et pour mes points noirs ?", elle m'explique que point trop n'en faut, patience et longueur de temps, tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se casse (non mais je vous en prie !! vous savez ce que la cruche vous dit ??).

Au final, les actifs ne coutant pas une blinde (entre 8€80 et 14€80 si j'ai bien tout vu), je ressors avec une note de 35€ les 3 actifs alors que le sérum qui me faisait de l'oeil avant ça coutait plus de 40€ (je ne l'ai jamais acheté).

Bon j'avoue, j'ai rajouté un contour de l’œil (CDY pour les dinguottes de l'acronyme) parce que le mien a malencontreusement disparu, probablement entre deux couches atomiques dans la poubelle de la salle de bain. Priez pour lui.

Bref passons aux détails pratiques et vraiment intéressants : le diagnostic est gratuit, et il vaut mieux prendre RV, j'ai du patienter une demi heure le temps d'être prise (j'ai ainsi du faire du shopping et du lèche vitrine, ma vie est extrêmement difficile ces derniers temps).

Le concept store est à Paris, je sais c'est pénible pour les gens de province, mais je peux héberger les copines trop désespérées.

Enfin, précisons que je ne suis ni sponsorisée ni cadeautée, mais bon, s'ils me lisent, ils peuvent m'engager comme testeuse de leur prochain produit pour le corps (le rêve de toute femme : un actif anti vergeture. Ben quoi ? J'vends pas du rêve là ?) ou bien me peloter les seins, c'est comme y veulent.






Read more...

Haikuyon à la gloire de mon 100e fan

>> jeudi 1 décembre 2011

Les copains, je me suis découvert une nouvelle passion, que dis-je ? un nouveau talent : le haikuyon.

Le haikuyon, qu'est ce que c'est ? Il s'agit d'un petit poème crétin, jeté sur le clavier en tapage quasi-automatique, avec quelques mots imposés. C'est une sorte de haiku couillon, et si on traite ce léger bégaiement, ça donne le haikuyon.

Ça a commencé sur Hellocoton (si tu connais pas, c'est le Facebook des blogs. Tu t'abonnes aux blog que tu aimes bien, les autres font pareil et on s'amuse comme des petits fous). Sur le mur de DarkGally, j'ai fait un haikuyon à sa gloire avec une fée, de la grâce, des fleurs et du caca dedans. (Cherche pas pourquoi, c'était la consigne et puis c'est tout). Après d'autres folles ont lancé le défi d'en refaire un avec criterium et pouet. Facile.

Dans le même temps, je me suis rendue compte que j'avais 99 fans sur Facebook. C'est joli 99. Alors j'ai promis au 100e de lui composer un hakuyon à sa gloire, avec 3 mots de son choix dedans.

Mademoiselle A est donc arrivée sur Facebook, elle m'a aimée, et c'était beau. Et puis elle m'a donné ses trois mots : tumulte, métaphore, blanquette. Ah ouais.

Parait qu'on a les fans qu'on mérite hein ...

Je me lance.

Mademoiselle A vit dans le tumulte
De San Francisco, quelle ville culte !
Parfois, elle trempe par nostalgie
Ses moustaches dans une blanquette.
Ai-je composé ce poème sous la douche ? Que nenni !
J'étais, me croirez-vous, dans mes toilettes.
Et ce n'est pas une métaphore,
Car on ne sait jamais où l'inspiration dort.

Et voilà !





Read more...

Le syndrome du manteau bleu marine

>> mardi 29 novembre 2011

Avant septembre 2011, je croyais que l'école maternelle était tout d'abord le premier lieu d'apprentissage de nos chères têtes blondes.

Depuis trois mois, je découvre qu'il s'agit en fait d'une magnifique bourse d'échanges et de troc de vêtements. C'est meeeeerveilleux de retrouver chaque soir un nouveau manteau, et ce malgré le soin intense à noter le nom de Progéniture sur tous ses vêtements. Un peu moins de retrouver le "bon", quelques jours plus tard, couvert de boue (alors que la cour est asphaltée !?).

En mère néophyte fatiguée d'écumer les magasins à la recherche d'autre chose que du mauve triste, j'avais doté Progé d'un imper bleu marine (déniché dans les rayons des "garçons", mais chut !).

Jugez plutôt du caractère passe partout du machin :



Bien bien bien. Je n'avais pas envie de me ruiner les doigts en customisant de la toile enduite, j'ai donc choisi la solution de facilité : un petit tour à la Mercerie de l'Est (est-il besoin de la rererereprésenter  sur ce blog ??), et hop ! de nouveaux boutons jolis, bien flagrants, bien visibles, pas du tout "grande distribution".


Comme je ne savais pas si je préférais les traits blancs verticaux ou horizontaux, en haut ou en bas, j'ai opté pour la diagonale. Hop !





Au final, un imper qui va siouper bien avec les bottes de pluie pour aller se promener avec Papi Grangousier dans la forêt !

Je comprends pas, ça capte pas ici ??
(Ma fille n'est rien qu'une spice de parisienne)







PS : Sur le sujet, vous pouvez aller lire Nathalie Jomard. C'est rigolo et vach'tement bien dessiné, en plus.

Read more...

J'ai des envies de tag en ce moment

>> lundi 28 novembre 2011

Ça faisait longtemps que j'avais pas tagué virtuellement une affiche agaçante.

Ça, ça m'énerve :




Alors au lieu de risquer de ruiner ma manucure avec des bombes de peinture, je me lâche ici.


Scrogneugneu !

Read more...

Ego trip - suite et fin (espérons ...)

>> mardi 22 novembre 2011

Décidément, cette expérience à la tévé ne m'aura pas fait que du bien, rapport à la circonférence de mes chevilles.

Toute la journée d'hier, devant le replay, les copines m'ont envoyé des "Impr.Ecr." avec des commentaires de bon aloi.


 "Tou est magnifaïque ma chérrrie !" qu'elle m'a dit ma copine l'Epicière.


"Rhooh ! et là, je t'ai pas ratée, on dirait que t'as un orgasme en direct", qu'elle a renchérit.


"Tiens, la voilà, ta photo de groupie avec Thomas Chauvineau", m'a offert la Pollueuse.


Yapa, mes copines, elles en tiennent une aussi grosse couche que moi.


Et puis, ce soir, deux sms de potes coup sur coup : "T'es passée au Zapping !"


Bon alors, en réalité, c'est plus Daphné avec sa vanne pourrie, que moi. Mais comême, se retrouver en toupiti dans le zapping du 22 novembre, ça me donne un peu l'impression d'avoir participé à une petite pépite rigolote de la tévé des années 2010. Non ?

Read more...

Une greluche aux Maternelles - La Tellectuelle à la tévé (post le plus long du monde)

>> jeudi 17 novembre 2011

Depuis début septembre, congé mat' oblige, je regarde quasi quotidiennement les Maternelles. J'avais bien accroché lors du premier congé mat', mais là, avec Daphné Burki, c'est le pompom on ze tricot.

J'avais particulièrement accroché à la rubrique des "Portraits de Pères" présentée par Thomas Chauvineau, LE représentant masculin de l'émission. A tel point, que j'ai supplié l'Homme d'y participer. Il m'a vaguement rien répondu. Comme "qui ne dit mot, consent", j'ai envoyé un maaaagnifique mail disant que c'était le plus beau du monde, et le plusse fort des papas et qu'il fallait absolument montrer ce mec génial. Sauf qu'après réponse et échange, puis visionnage de quelques portraits par l'intéressé, il a finalement expliqué qu'il voyait pas ce qu'il aurait à dire alors hein bon. Frustration.

Puis, une nuit de looongue insomnie, je surfe sur le site des Maternelles et découvre un appel à témoignage sur le périnée. Vous pensez, j'ai sauté dessus (en contractant mon périnée pour éviter la poussée d'effort), et j'ai écrit un mail hyper long dont je ne me souviens guère. Je crois qu'à un moment donné je les ai suppliés de m'inviter parce qu'il fallait que je vienne en parler parce que mes vrais amis de la vrais vie ne voudraient bientôt plus m'inviter à leurs dîners (parait que le sujet de la descente d'organes n'est pas socialement admis à table).

Croyez-le, croyez-le pas, le lendemain-illico-presto, une gentille journaliste, Jeanne, me rappelait.

Et donc hier, j'ai enregistré l'émission. Enfin, j'ai passé la journée dans un état second, mi-hystérique, mi-hébétée, et au milieu, j'ai un peu parlé sur un plateau tévé. Je vous raconte.

13h : J'ai passé la matinée à étaler mes questionnements vestimentaires sur FB, j'ai réuni un conseil de copines pour choisir ze tenue sur photos, j'ai mis du vinaigre dans l'eau des pâtes au lieu de l'huile, tout-va-bien. L'Homme est arrivé pour prendre le relais et garder Entropie (trop heureux d'éviter le passage devant une caméra, il a pris un RTT pour garder sa fille). Je file.

14h15 : Je suis en avance sur l'horaire. Je vois Nadia Daam devant l'entrée qui fume une clope, je regrette de ne pas fumer. Devant mon air concentré (j'essaye toujours de ne pas montrer que je reconnais quelqu'un qui ne m'a jamais vue, je pense que ça doit être hyper soulant d'avoir des inconnus qui te checkent dès qu'ils te croisent sans comprendre que toi, non, tu les as jamais vus), elle me dit amusée "Oui c'est bien là".
Je glousse "ah bah oui, hein, je me doutais, vu que vous êtes là, hu hu hu, grmmmlmlml".
OK tout va bien, tais toi et respire.
Je dis que je suis en avance, désolée. On me fait signer un papier au sujet des droits de diffusion partout dans l'univers et de façon illimitée dans le temps. Au moment d'écrire "lu et approuvé", je manque d'ajouter "jusque l'infini et au-dela" tellement le droits sont hyper larges (ça parle quand même de "tous les supports connus et inconnus à ce jour").
Puis hop, Jeanne la gentille journaliste m'amène dans les loges.

14h30 : Attends je le redis. Je vais dans les loges. Hu hu hu.
En plus, ça ressemble aux loges comme dans les films, avec des ampoules tout autour du miroir. Hu hu hu.

Le maquilleur me met à l'aise. Je lui dis que je suis en avance désolée. Me dit qu'il aime la couleur de mon haut, que ça l'inspire. Je crains un instant de me retrouver avec du vert émeraude sur les paupières, comme ma caissière chez Monop', mais je dis rien.
Il me demande ce que je souhaite. Sobrement : "ne plus avoir de cernes et avoir l'air fraiche et reposée". Bref, je lui demande un peu de faire ressembler Nicole Kidman à Hale Berry, mais il a l'air de trouver ça facile.

Moi - Ah et vous allez avoir du travail au niveau du teint, je crois
Lui - Ah mais non ! vous avez un beau teint !
Moi : (ouais, c'est ça, avec mes spots-merci-le-retour-de-couches-mère-nature-la-truie*) ah bon, vous trouvez ? Hu hu hu ! c'est gentil.
Lui : Oui, vous êtes lumineuse.
Moi : (ben ouais, forcément avec mes spots) Hu hu hu ! Merci !

Pendant ce temps, Nathalie Lebreton qui fait des allers retours vers le plateau pour vérifier si son chemisier à rayures passe à l'écran (en fait non). Hu hu hu. Et Daphné Burki glousse dans la pièce d'à coté. Elle a l'air encore plus folle qu'à l'écran. Hu hu hu.

Le maquilleur finit en me mettant le fond de teint avec un pistolet à fond de teint. Un truc de fou. Ca fait le teint tout velouté, tout mat, et en même temps super naturel. Pas besoin de poudre derrière, c'est nickel. Je couine en disant que je veux le même.


15h15 : Changement de siège, bonjour madame la coiffeuse. Je suis juste à coté de Nathalie. Hu hu hu !

La coiffeuse souhaite que je garde les cheveux lachés car elles trouvent qu'ils sont beaux. Hu hu hu. Je lui explique qu'il va falloir les mettre en forme car je n'ai pas eu le temps de mettre la main sur un sèche cheveux ce matin, ils sont séchés "sur la bête",. Nathalie se marre en entendant mon expression raffinée. Je vois bien qu'elle se tâte à me proposer de devenir chroniqueuse tellement je suis drole.

Après quelques autres compliments sur mes cheveux ( la couleur qui est si naturelle, comme ils se mettent bien en forme, hu hu hu), elle se met au travail.

Sous le bruit du séchoir, j'entends vaguement la conversation entre Nathalie, sa maquilleuse et ma coiffeuse. Il est question de "cette folle de Daphné", "elle nous avait déguisé en cacaphile et cacaphobe".

"Vous devez nous prendre pour des fous" me dit la coiffeuse. "Non, non, je réponds, avec le séchoir, j'ai juste entendu "fistule"." Tout est normal, donc.

La coiffeuse habite pas loin de chez moi. On est tellement complices qu'elle va bientot me proposer de passer chez moi tous les matins pour me coiffer avant d'aller au travail.

15h45 : Je suis objectivement canon. Bon canon avec 6 kgs de trop mais c'est vraiment moi en mieux. J'appelle l'Homme pour lui faire part de cet état de fait (et lui annoncer que Télémarket sera en avance, je reste une femme comme les autres, mouvement de mèche)
Après le placement du micro dans mon décolleté, je patiente avec l'expert et les deux autres témoins de l'émission. Le mot d'ordre : ne pas parler du sujet entre nous pour garder la spontanéité durant l'émission. Fa-ci-le. On papote de nos enfants, nos accouchement, et toutes les 5 minutes on s'arrête en nous demandant si on n'est pas en train de parler du sujet ...

J'ai une migraine qui monte, je chipe un doliprane à Jeanne, la gentille journaliste (merci merci). Un truc bizarre se passe, soudain tout le monde prend un doliprane. Jeanne se demande si elle ne va pas faire une note de frais.

16h : Devant la machine à café, Daphné et Nathalie nous font un petit résumé de l'émission, nous expliquent le déroulement. Thomas Chauvineau apparait soudain à coté de moi, je ne l'ai pas vu arriver, il doit avoir des supers pouvoirs.

Et hop, on va sur le plateau. Grosses choquottes. Hu hu hu. Je me retiens de dire le seul truc qui passe dans ma tête à ce moment là : je suis dans la télé, je suis dans ma télé, j'ai passé de l'autre coté de l'écran.
On me fait asseoir sur mon siège, je pousse un cri : y a ma tête en énorme sur l'écran d'en face. Enfin je sais pas si l'écran est grossissant, mais j'ai l'air énorme là.

Une fourmillière vrombit autour de ma tête, on me remet une mèche, me tapote le nez.

Test du son. Avec les autres témoins, on se retrouve à répéter machinalement ce qu'a dit la précédente "J'ai un fils de 8 mois, il s'appelle Jules". Effarées, on se regarde. Je sais qu'elles pensent comme moi qu'on va vraiment avoir l'air stupides avec nos neurones oubliés devant la machine à café.

Nadia arrive à la bourre : Ah mais on m'avait pas prévenue, j'étais sur Facebook là et personne me prévient". Hu hu hu.

Et puis ça démarre. Ma migraine est toujours là.

Après l'intro de Daphné (elle interviewe son périnée), tout le plateau est hilare, mais personne n'a de fuites urinaires, car on est des pros du périnée, c'est le sujet de l'émission. Je suis certaine que je glousse niaisement, hu hu hu, et ça va se voir à l'écran.

Tout va très vite et très lentement à la fois. Les témoignages et discussions sont entrecoupés de petits reportages auxquels je ne comprends rien. La migraine enfle, et en entendant un des témoignages d'accouchement (supra) difficile, je me rappelle toutes les fois où j'ai fait des malaises en cours de bio car je ne supporte pas les détails sanglants. Il faut chaud et j'ai la migraine. Je ne tombe même pas dans les pommes, et soudain c'est à moi qu'on parle.

Je ne sais plus ce que j'ai raconté. Je me rappelle juste qu'à la question "mais ça sert à quoi de maitriser ces exercices finalement ?", j'ai répondu "Ah ben c'est comme de savoir faire bouger ses oreilles, c'est rigolo". Ahem. T'étais pas là pour raconter combien tu pensais que ça permettait à la femme de remaitriser son corps, de reprendre possession de celui-ci, mieux qu'un RV chez le coiffeur ? T'étais pas là pour dire que ça te paraissait être une méthode véritablement féministe, qui remettait la confiance dans le dedans de toi ?

Et puis au sujet des apports de la méthode sur la sexualité après l'accouchement, j'ai pensé "Ma Mémée va regarder l'émission. Ma Mémée va regarder l'émission."

Et soudain tout est fini. Les techniciens remballent. Daphné dit à Nadia que la bande annonce a déjà été tournée avec son périnée (seuls ceux qui regarderont comprendront).

Les témoins et l'expert font part à Jeanne la journaliste de leur désespoir de n'avoir pas su tout dire. Elle nous rassure. Elle est gentille Jeanne.


J'ai toujours la migraine, et je file rejoindre l'Homme qui me dit que je suis belle.
Et on va voir Thomas Dutronc en concert. Mais ceci est une autre histoire.



Si vous voulez me voir ridicule (mais belle), c'est donc lundi prochain à 8h55, sur France 5, dans les Maternelles au sujet du périnée. Pour ceux qui travaillent à cette heure là, ce sera diffusé en replay sur le site.


PS : Bien sur, j'ai pris mon appareil, mais je n'ai fait aucune photo, même pas de ma tête, même pas du plateau. Je suis dé-ses-pé-ran-te (mais je sais faire bouger mes oreilles).











Read more...

De la dentelle sur mes épaules

>> mardi 15 novembre 2011

Je ne sais pas comment fonctionnent les autres tricoteuses, mais j'ai manifestement mes périodes.

Rappelez-vous, si Picasso a eu sa période bleue, j'ai eu ma période turquoise. Et si Mondrian s'est un jour spécialisé dans les "Compositions", j'ai moi-même eu ma phase jacquard. Notez les références pleines de modestie.

A présent, les enfants, je crois qu'on rentre dans une phase "Dentelle grise".

Je m'étais échauffée avec du gris à torsades avec mon poncho magique, j'ai confirmé avec un peu de layette à trous trous couleur tourterelle, et voici à présent le chauffe épaule !

Oula !
J'aurais peut-être du me photoshoper les cernes ...


Dégotté chez Drops, j'ai été séduite à la fois par la simplicité du modèle (un bête rectangle) et l'alliance des trous trous (et moi, j'adooore les trous trous) avec les torsades (et moi, j'adooooore les ... , enfin bref, vous avez saisi).



Je suis néanmoins un peu déçue du bas des manches, en point mousse : ça bloubloutte un peu et ce, malgré un blocage magnifique (mon tout premier, et vu le résultat, je suis pas certaine que je referais ...) :

Ceci n'est pas une boite à thé,
ceci est ma boite à épingle
. Classe, non ?



Mère et fille en dentelle grise.


Ce chauffe épaule a nécessité 5 pelotes de Magic + de chez Bergère de France.

Read more...

Stuce n°4 : Deviens virtuose de ton périnée avec la CMP !!

>> lundi 14 novembre 2011

Après chacun de mes accouchements, j'ai trouvé assez ardu de retrouver l'image de moi et de me projetter dans la suite de ma vie. Non, ma vie ne resterait pas indéfiniment ce tourbillon de couches, de nuits hachées et de lait, quel soulagement mais comme c'était difficile de l'imaginer !

A chaque fois, deux actes m'ont permis de relever le nez, pour me re-voir et pour re-voir l'avenir :
.   un rendez-vous chez le coiffeur,
et
.   la rééducation du périnée.

Seul le second est remboursé par la Sécu, et c'est de celui-là que je veux parler.

Après l'accouchement, on va te prescrire des séances de rééducation périnéale, "à faire avant de reprendre toute activité sportive, mais pas avant 6-8 semaines !!". Bigre. D'façons moi je fais pas de sport ai-je pensé à la sortie de la maternité.

La sage femme chamane qui est venue me voir en HAD (voir la Stuce n°2) m'a demandé dès sa première visite ce que je comptais faire comme rédducation. Devant ma tête de lapin de six semaines, elle m'a parlé de la C.M.P. Encore un truc de chamane ai-je pensé.

CMP, ça veut dire "Connaissance et Maitrise du Périnée". Tout un programme. Dans ma tête, ça résonnait hippie, limite anarchiste. Quoi ? Après tout ces moments où le soignant est le sachant ("votre col est ouvert à 6 madame", voilà un truc qu'on a bien du mal à savoir par nous même par exemple), je vais enfin "connaitre" et "maitriser" mon corps ?
Ce qui m'a plu d'emblée, c'est que cette technique évitait d'utiliser une sonde. Rien que le mot me faisait frémir. (Faut dire que mon unique expérience avec une sonde était une sonde urinaire, j'en suis restée traumatisée)

J'ai fait cette rééducation après Progéniture, et j'en ai été enchantée. J'ai trouvé que c'était formidable car ça m'a donné des trucs pour mieux vivre, et ce, pour toute la vie.

Après Entropie, j'avais l'impression de ne plus rien savoir, j'avais d'ailleurs oublié les 3/4 des exercices, je me suis dit que je devais pas être super forte du périnée malgré ce que j'avais appris la première fois. Incontinence à l'effort, te revoilà. Pesanteur dans le bas ventre en fin de journée, enchantée de te retrouver !

Bref, j'étais en crise de doute avec mes fesses. Donc j'ai repris rendez-vous.

Et tout est revenu. Je me suis rappelée combien ça avait changé ma vie. Oui, j'ai l'air illuminée, comme ça, et je le suis !

J'adore le fait de savoir contracter seulement tel ou tel muscle. J'adore l'idée que j'ai le mode d'emploi. J'adore l'idée que je suis la seule actrice de ma rééducation (parait qu'il en existe par électro stimulation. Brrr ! si j'accepte facilement cette idée sur mes abdos, l'idée même d'une décharge électrique dans mon vagin, juste après y avoir fait passer l'équivalent d'un canapé 3 places, cette idée donc me fait frémir).

Alors comment ça marche ?

Après des explications assez poussées sur ce qu'est le périnée (17 muscles tout de même), où c'est, à quoi ça sert et pourquoi il faut le bichonner, on apprend à contracter telle ou telle partie grâce à la visualisation.

Petit à petit, la sage femme m'a appris à contracter seulement le coté droit de mon vagin en imaginant qu'une vague venait se projeter de la gauche vers la droite par exemple. Ou encore, j'ai appris à relever un pont-levis à l'entrée de mon vagin, j'ai fait du bilboquet avec ma vessie, j'ai lancé un lasso sur mon urêtre. (Non, je ne suis pas bonne à enfermer ! Mais lachez moi, les messieurs en blouse blanche ! votre gilet a des manches pas très pratiques pour me gratter le nez, je n'en veux pas, merci bien !)

Et à la dernière séance, j'ai appris l'exercice ultime, celui qui fait tout travailler en même temps. Celui qui fait que tu peux oublier tout le reste. Le bilboquet, le lasso et le pont levis, aux oubliettes ! Il ne reste plus que "le vase surmonté d'une couronne". Impossible à expliquer comme ça par écrit. Mais c'est le mouvement qui te fait travailler l'ensemble des muscles. En fait, la CMP vise à te faire prendre conscience de tous ces muscles pour au final travailler toi-même tout ça avec cet exercice.

Ca parait complètement ésotérique comme ça, mais à chaque étape, on te donne les pistes pour vérifier que tu fais les bonnes contractions. Et au final, tu fais un bilan (non, tu n'échapperas pas au toucher vaginal, désolée) qui permet de vérifier que tu as tout saisi dans tous les détails. Tu repars avec l'assurance de maitriser ton corps, des conseils, comme travailler plus spécifiquement certains mouvements si le fameux "vase" ne suffit pas encore. Car au final, c'est comme les abdos, c'est toute la vie que ça s'entretient.

Le truc plus chouette que les abdos, c'est que tu peux faire "le vase" tout le temps, dans n'importe quelle position, n'importe où. Je travaille mon périnée pendant les réunions ennuyeuses, quand je monte les escaliers, quand j'ai une insomnie dans mon lit, quand je prends le métro. En donnant le biberon, sous ma douche, en repassant, en tricotant.

J'ai trouvé au final que ça remettait énormément de confiance dans le dedans de moi (et pas que dans mon vagin).

J'ai donc décidé de témoigner sur le sujet à l'émission Les Maternelles, sur France 5.
Si vous voulez me voir parler de mes fesses d'un air extatique, ce sera donc lundi prochain à 8h55 ! (en attendant je sais toujours pas quoi me mettre sur le dos ...)



PS : Je compte aussi en causer plus sérieusement aux prochains Vendredis Intellos, si j'ai le temps et si ça vous intéresse. Si les conditions sont réunies, je mettrais le lien de l'article en edit de celui-ci.




Et si toi aussi, tu as une bonne Stuce de Grosse Dame, n'hésite pas : un com', un mail, un message Facebook, ça m'intéresse !

Read more...

Et si on se dandinait ?

>> vendredi 11 novembre 2011

Avec l'Homme, on aime Thomas Dutronc.
C'est très agréable à écouter, tout en étant très fouillé musicalement. Les textes sont vraiment sympas, avec une propension à la rime un peu forcée qui me plait déjà tant chez Thomas Fersen (j'ai un truc avec les chanteurs qui s'appellent Thomas).


En fait, je soupçonne l'Homme de ne pas l'aimer exactement comme moi,
rapport à ses grands yeux, sa nonchalance et sa mèche rebelle, graourrrr .


Depuis qu'on a acheté son dernier album (encore meilleur que le premier à mon sens, c'est assez rare pour être souligné), on se le passe en boucle et notamment celle-là.

Du soleil, de la paresse, de l'insouciance, de l'alcool. What else ?



A l'été, à la vie, au soleil et aux filles,
Je veux lever mon verre à m'en rouler par terre
Je rejoins l’imprévu, la folie et l'ivresse,
En chantant dans les rues, j'oublie toutes mes promesses.

Read more...

Apprendre les sciences en jouant ? [Vendredis Intellos]

>> vendredi 4 novembre 2011

Cet article est écrit dans le cadre des Vendredis Intellos de Mme Déjantée.



Cette semaine, comme j'avais trop d'inspiration (quatre idées d'articles qui me tiennent à cœur, mazette !) et que je n'arrivais à rien avancer, j'en ai logiquement choisi une cinquième, trouvée sur le blog du Monde Education.

Le directeur du Center for game Science de l’université de Washington y est interviewé au sujet des jeux scientifiques.

En ex-taupine (= élève de maths sup/math spé) sur le retour, je suis assez perplexe sur le sujet, et je vous dis pourquoi sur le blog des Vendredis Intellos.


Pour vous balader facilement dans toutes les contributions, je vous invite à vous promener dans l'arbre à perles (ou Pearltree) des Vendredis Intellos ! 

Read more...

Le jour où je suis devenue une grande fille indépendante

>> mardi 1 novembre 2011

Il est des étapes qui signent l'entrée dans l'âge adulte, des actes initiatiques qui nous permettent de devenir des personnes entières et accomplies. Ces étapes sont parfois invisibles, et ce n'est qu'en se retournant pour voir le chemin accompli qu'on les remarque.

Voilà, cela faisait plus de 4 ans que j'utilisais celui de mes parents, assidument. Mom' l'avait récupéré à la faveur de ma dernière grossesse et j'étais à présent démunie.

Alors hier, je me suis offert le mien, à moi, rien qu'à moi.

image tirée du site de Slendertone

Mon machin-à-faire-les-abdominaux-sans-se-fouler.

Read more...

Et l'école alors ? Le bilan à la Toussaint.

>> samedi 29 octobre 2011

Progéniture a vécu sa première rentrée à l'école cette année. Gros événement dont je n'ai pas encore parlé.

Nous sommes extrêmement ambitieux pour notre fille, il s'agit quand même de la digne représentante d'une longue lignée de 'tellectuels, passés par les plus grandes écoles (les Mines et Centrale figurent au palmarès familial, attention les yeux).

Eh bien, à l'heure où l'école publique est fustigée, au moment où tous les JT nous expliquent la fuite des élèves vers le privé, je vous l'assure : la petite section de maternelle est le plus sur chemin pour Math Sup.

La preuve :

Read more...

Ma première sortie de blogueuse, c'était chez Jojo Lapin.

>> mardi 25 octobre 2011

L'autre jour, La Mite Orange me dit "Chuis à Paris mercredi prochain, pour une présentation de jouets, tu veux viendre ?". Voyant l'opportunite de sortir de chez moi pour autre chose que la sortie de l'école /  faire le plein à la pharmacie / aller chez le médecin pour l'une ou l'autre de mes filles, j'ai dit oui avec enthousiasme.
Pi j'allais pas rater ma première occasion de sortir en tant que "Mme La Tellectuelle" s'il te plait ...

Bref mercredi dernier, j'ai renoncé à mettre Progéniture au centre de loisirs, pour l'emmener voir les jouets Ouaps. Folie absolue, j'ai gardé les deux filles à domicile, seule. J'ai donc eu droit à 1h15 de crise de colère pour cause de manque de sommeil (je suis une héroïne de la zenitude, ma fille est toujours vivante à cette heure), puis une sieste à rallonge pour la même raison.

Moralité à l'heure où j'aurai du être à la petite sauterie, les deux affreuses dormaient, enfin, pour la première fois de la journée. J'ai laissé passer sur moi le désespoir qui m'étreignait, et j'en ai profité pour me maquiller afin de moins ressembler à une jeune mère dévastée (un peu de blush, de l'anti cerne et du mascara : ouuuuh ! foooooooliiie !).


Bref, nous arrivâmes avec un chouille de retard (une minuscule heure et demie ; une paille pour une jeune mère qui affronte le métro parisien avec deux tout-petits, nan ?). Et la galère des heures précédentes a aussitôt été oubliée.

Dans la salle, il y avait Lmo, Sabine, Petoulette, Madame Parle, Jeveuxunbébé, MamanCubeE-ZabelIsabelleJuju, Parisienne à Vincennes, Maman Cube, Thalie, la Mère Cane, Cranemou et surtout la Mère Bordel, dont je rêvais de faire la connaissance depuis que j'avais vu la couverture crochetée par Mooglosaurus à l'attention de Miss Bordel.

Progéniture s'est retrouvée au milieu d'un tas d'enfant de bonne famille (des enfants de blogueurs, c'est forcément des enfants bien, nan ?), à papillonner de jouets en jouets.


(photos jolies officielles de Ouaps)





Moi, j'ai plutôt été intéressée par les buffets de mini-machins sucrés, je pourrais te faire un billet rien que sur l'orgasme papillaire que m'ont occasionnés les mini-éclairs au chocolat (En gros, tu vas là bas et tu remplaces le mot "gaufre" par "éclair au chocolat", et le tour est joué). Et puis y avait un atelier massage, où on a tous eu droit à 15 minutes rien qu'à nous. Un bel élan de fraternité bloguesque d'ailleurs, que de voir les enfants passer de bras en bras pour laisser chacun se faire papouiller en toute sérénité.

La Mite Orange gardant Entropie, en pleine interview
(photo moche de moi)

Coté jouets, j'ai (re?)découvert que Ouaps était l'éditeur de Doudours, le fameux Doudours, notre Doudours !
Nous avons reçu Doudours en cadeau lors de la naissance de Progéniture, il y a 3 ans. En tous jeunes parents néophyto-bobos, plutôt versés dans le doudou-en-coton-bio et les cubes-en-bois-équitable, nous étions un peu perplexes à l'ouverture de ce nounours "son et lumière", avec du Henri Dès dedans (en plus Henri Dès, c'est pas ma génération, donc aucun effet nostalgie/revival pour m'attacher au bidule).


Nous avons testé le machin, et ce fut le miracle : 'pnotisation instantanée du mioche, avec silence (si on excepte Henri, mais je te jure, à coté des cris d'un nourrisson, c'est le Wallalah). Plusieurs positions possibles : son et lumière / lumière seule, et aussi possibilité de le faire se déclencher rien qu'au bruit des pleurs. J'avoue qu'on a jamais testé cette position là, j'avais trop peur qu'il ne se déclenche à la moindre sirène qui passe dans l'avenue en bas de chez nous.

Aucun neurone n'a été maltraitré durant la prise de vue.
(image d'archive)

Le programme dure 8 looongues minutes, d'abord en son et lumière, puis que lumière, hyper progressif et apaisant et je te jure qu'il est rare que le mioche tienne plus de ces 8 minutes avant de sombrer. Most of ze cherry on the cake à la top-moumoutte : tu peux stopper le bidule rien qu'en appuyant dessus de façon un peu prolongée.
Ça n'a l'air de rien comme ça, mais on a un Tigrou chantant fluorescent paaaarfait sauf qu'il faut lui ouvrir les fesses et lui sortir les entrailles pour le faire cesser quand vraiment ça ne marche pas/tu n'en peux plus des bruits de la forêt enchantée. Bref, le mioche est à présent traumatisé et court toujours pour le rendormir après cette vision d'horreur.


Grace à cet après midi, j'ai pu découvrir que le Vrai héros de Ouaps, c'était Jojo Lapin (mais mon coeur reste à Doudours).

Un tas de jouets sont déclinés autour de Jojo, du doudou au petit train (gros succès auprès de la marmaille invitée, le petit train !), en passant par la spécialité de la maison Ouaps : le jouet interactif.

Moi avant, tu me disais "jouet interactif", je pensais feuilles cartonnées avec pastilles aimantées et stylo "réponse" qui buzze si tu as choisi la bonne quand tu passes sur la fameuse pastille aimantée. (Dites moi que vous voyez à quoi je fais référence, pitié, sinon je vais me sentir vraiment vieille et out).

Ben là, c'est un peu des jouets de ouf, du genre tu pars te cacher avec une carotte dans la poche, et Jojo Lapin joue à cache cache avec toi en retrouvant la carotte (et donc toi). Truc de dingue ! Je le veux pour mon Noël et les filles n'auront le droit de le toucher que lorsqu'elle auront étendu la machine et passé l'aspirateur.

A part ça, j'ai bien tiqué sur les oeufs pour jouer à cache cache (encore ! je dois avoir un truc freudien avec le cache cache) : tu les déclenches, tu les caches et là, l'oeuf il appelle tes mômes pour qu'il les retrouve. et quand tu le retrouves, hop ! tu ouvres l'oeuf et tu retombes suuuuur ... Jojo lapin (et ses potes).

(photo jolie officielle de Ouaps)



En repartant, on a reçu un grand sac avec des jouets : un doudou Jojo Lapin à bruit évolutif (plus tu secoues fort Jojo, plus il fait des bruits hystériques digne de "Qui veut la peau de Roger Rabbit", tu en as un léger aperçu sur leur site internet) et un livre musical. Les livres musicaux, c'est la came de Progé et elle n'en avait qu'un jusqu'à présent : un Mickey sous acide qui lui chantait des comptines traditionnelles. Avec celui-là, Mimi chante aussi des comptines, mais de façon un peu plus sereine que Mickey. Le livre ne quitte plus le lit de Progé.

(itou)

Moi je dis Merci LMO ! et merci Ouaps !

Read more...

L'allaitement : j'arrête [Vendredi Intello]

>> vendredi 14 octobre 2011

Aujourd'hui, j'ai envie de parler d'un truc intime. D'ailleurs je n'en ai jamais parlé ici, bien que j'y étale sans vergogne la vie de mes nichons. Les copains qui me lisent de temps à autre pour se marrer peuvent sauter cet article, ce sera un peu technique et beaucoup larmoyant.

A propos de l'allaitement, le manque de lait est une des craintes les plus fréquemment entendues. Et si le bébé ne prenait pas assez ? et s'il tétait mal ? et si je ne produisais pas assez.

Chez moi, rien de tel. Dès les premiers jours avec Progéniture, je me suis retrouvée confrontée au "problème" inverse : montée de lait "en fanfare", seins énormes, fuites intempestives, lit trempé toutes les nuits. Et R.E.F.

C'est quoi le R.E.F ? C'est le réflexe d'éjection fort, la Leache League y consacre un feuillet bien complet intitulé "Trop de lait, trop vite, trop fort".

Pour ceux qui souhaitent avoir plein d'infos techniques sur le sujet, allez voir mon article sur le blog des Vendredis Intellos. Ici, je ne traiterais que de mon expérience personnelle de Tellectuelle-avec-deux-enfants.

Image tirée du site Aider Allaiter

Dans les faits, c'est assez rigolo à voir d'un œil extérieur : les seins projettent du lait par jet puissants jusqu'à plusieurs mètres. Vous connaissez mon humour potache, vous vous doutez que ça m'a bien amusée quand j'ai découvert ça.

Le hic, c'est que le bébé qui se trouve en face apprécie rarement de se prendre un coup de karcher de lait au fond du gosier. Il peut hurler au sein, se débattre, s'étrangler aussi.

Un autre "symptôme", ce sont les selles vertes, moches et gluantes (et dire que je rédige ce texte au petit déjeuner, miam !). Car l'enfant boit surtout le lait de début de tétée, riche en lactose, moins digeste que le lait de fin de tétée qui lui, est riche en graisse. Ce n'est pas qu'un problème cosmétique, le bébé est alors sujet aux coliques dues au lactose mais aussi au fait que le bébé avale de l'air, à cause de toute cette pression.



Pour Progéniture, une fois le diagnostic posé (Progé hurlait de rage au sein, se retirait et se prenait un jet de lait dans l’œil, j'ai vite compris le souci), quelques clics sur le net, un coup de fil à une conseillère de la LLL, j'ai testé deux-trois trucs et finalement, je ne sais si mon réflexe s'est amenuisé, ou si elle a appris à le gérer, mais en 10 jours, il n'y avait plus de problème. J'en ai gardé un souvenir un peu amusé, et j'ai oublié les quelques jours de détresse que j'avais vécus quand le problème était apparu.

Aussi, quand le REF est apparu vers la troisième semaine d'Entropie, j'ai pris ça sereinement, en bonne routarde du nichon : "Tiens, mon vieux copain le REF est de retour. On va gérer ça sans souci, fastoche !".

Comme si chaque enfant était pareil, comme si chaque maternité était identique, comme si moi, j'étais la même.

Sereinement (au début du moins), j'ai alors testé toutes les solutions suivantes.

1. Rapprocher les tétées, afin de ne pas avoir les seins sous pression. Un véritable échec dans notre cas, cela a multiplié les coliques très intenses, car Entropie ne buvait plus que du lait de début de tétée, riche en lactose et moins digeste que celui de la fin de tétée (qui, lui, est riche en graisse).

2. Solution opposée : ne proposer qu'un seul sein pendant plusieurs heures, afin de mettre l'autre au repos. Il y a eu un léger mieux pendant deux jours (moins de coliques), mais ça a repris de plus belle.

3. En parallèle, quand le REF se montrait, je tentais d'exprimer le lait en début de tétée, le temps qu'il se calme (avec un bébé hurlant de frustration à coté, le kiff).
Dans mon cas, je n'ai jamais eu l'impression que les jets trop puissants ait été évacués. J'ai pressé mes seins, je les ai compressés, mais à aucun moment je n'ai eu l'impression que ça se calmait, même temporairement.

4. J'ai changé de position d'allaitement pour me faire aider de la gravité.
Peut-être la solution la plus efficace, mais on ne peut pas constamment allaiter allongée. De plus, souvent, on ne trouvait pas LA position confortable et ou bien elle, ou bien moi devions rapidement bouger (vive ma contracture à l'épaule qui en a profité pour revenir).

5. Là, un peu désespérée, j'ai appelé Moog', qui est marraine d'allaitement (vous le saviez pas ? hé hé !), qui m'a expliqué que les causes étaient hormonales et qu'il y avait peu de solutions pour faire cesser le REF (en général ça passe à 3 mois, youpi), et qu'il fallait apprendre à le gérer. Elle m'a redonné des conseils sur le positionnement et donner un petit truc : la sauge, sensée baisser la production de lait.
J'ai assaisonné tous mes plats à la sauge sans voir d’amélioration notable. Mais au moins j'ai découvert un goût nouveau ...

Et le WE dernier, j'ai tilté. Après un mois de REF, on en est à une tétée toutes les 2h la nuit, voire moins. J'ai par exemple vécu une nuit où je n'ai pas dormi du tout de 4h à 6h du matin, Entropie a tété en continu par à-coups, en râlant, s'arrêtant devant le jet trop fort, reprenant car elle avait faim.

Samedi soir, on est sortis (première sortie seuls depuis l'accouchement, hiii !), la laissant à ma sœur, qui lui a donc refilé un biberon de lait en poudre-caca-beurk. (car je n'ose pas tirer mon lait, de peur de stimuler encore plus la lactation).
Elle a dormi de 19h30 à 2h du matin, alors que la veille, comme les autres jours, elle avait réclamé à 19h30/20h30/23h/2h30.

Le dimanche matin, j'ai pleuré toute la matinée "sans raison", et j'ai pris conscience qu'elle avait rapproché les tétées, de faim, car elle n'en finissait jamais une seule. En parallèle, les coliques étaient de plus en plus fréquentes et douloureuses.

Je n'en pouvais plus de m'excuser auprès de ma fille de l'allaiter. Le comble !

J'ai repensé à l'extrait cité par La Mère Joie dans sa critique du livre "Bien vivre l'allaitement".
« Le succès d’un allaitement devrait d’abord se mesurer par ce qu’il apporte à ceux qui en font l’expérience avant d’être noté sur la quantité de lait donné, le temps passé ou la façon de sevrer son bébé. Chacune a le pouvoir de définir sa propre relation d’allaitement et de décider ce qui constitue, pour elle, un allaitement réussi, de la première tétée au sevrage. »


Je me suis demandé ce que nous apportait l'allaitement, à nous deux, et aussi à notre famille. Pas en théorie, car en théorie, quand cela se passe bien, je sais que l'allaitement est selon moi, mon meilleur moyen de nourrir mes touts petits (oui je souligne et resouligne, car cela reste mon opinion pour mon propre cas).
Mais là aujourd'hui que nous apportait l'allaitement ?
Pour moi, stress, questionnements perpétuels, culpabilité, fatigue dues au nuits totalement hachées.
Pour elle, cris, étranglements, appréhension des tétées et coliques très douloureuses.
Pour notre famille, installation d'un climat tendu, moindre disponibilité de ma part auprès de Progéniture, l'aînée, qui commençait à péter les plombs, et l'Homme désemparé de ne pouvoir aider.

Alors j'ai fait le deuil de la maternité dont j'avais rêvé pour ce deuxième enfant. J'ai commencé le sevrage dimanche dernier.

J'en ai pleuré, et je suis encore triste. Je râle contre la poudre qui colle qu'on retrouve partout dans la cuisine, contre les biberons et les tétines à laver constamment. Je peste quand j'ai mal anticipé la faim et qu'elle pleure en attendant que l'eau chauffe.

Mais elle n'a plus de coliques. Mon-enfant-n'a-plus-mal. Grâce à cette décision que j'ai prise, moi, sa mère.

Alors oui, je pleure cette mère que j'avais rêvé être, la mère qui allaite le plus longtemps possible, sereinement, calmement, car c'est le moyen le plus simple pour nourrir son bébé.
Mais je suis aussi la mère qui a pris LA décision qui stoppe la souffrance de son enfant. Cette mère là, même si je ne l'avais pas rêvée ainsi, elle est compétente, et je lui en suis reconnaissante. Et cette compétence que je me reconnais va probablement me permettre de ne pas sombrer dans la jolie dépression post partum qui avait commencé à pointer le bout de son nez, dimanche dernier.


Read more...

Idée pestacle à Paris : "Cinq Petits Blancs" [Promo familiale totalement objective]

>> mercredi 12 octobre 2011

Les copines, je suis supra fière du Frangin : pendant que je donne des faire part de naissance et débat sur l'épisio, lui, il distribue des flyers de la pièce dans laquelle il joue.


Une vraie pièce, dans un vrai théâtre, à Paris, avec un vrai metteur en scène et tout. Et ouais.



Alors déjà pour rappel, le Frangin, tu l'as déjà vu ici et sur ce blog (y a pas, je kiffe mes articles quand y a du Frangin dedans). Comme ça, le jour où il passera au Grand Journal à la place de Hugh Jackman, tu pourras dire à ton mec "Eh ! mais lui je le connais depuis avant même qu'il commence et nous avons vécu une folle histoire d'amûuur !".
Bon, parlons un peu de la pièce, voulez-vous ?

Ca a démarré il y a deux jours, je n'y suis pas encore allée. Mais crois moi, en toute objectivité, c'est top. Parce que y a mon Frangin dedans (je suis pire qu'une mère juive en ce qui concerne son talent), mais pas que, c'est rigolo aussi. Les gens qui l'ont vu le disent, dans les avis sur BilletRéduc. Et j'ai lu deux-trois dialogues, lors d' un dimanche en famille où j'ai chourré le texte dans son sac.

Je vais essayer de pas trop te recopier le pitch de BilletRéduc, mais il s'agit d'une parodie des "10 petits nègres" d'Agatha Christie.

Allez, si, soyons fous, je te le recopie direct, ce sera fait :

Ils sont dix. Tous ont été invités à passer un weekend sur l'île blanche, au large de la Bretagne (première erreur de la part des personnages, partir en Bretagne).

A l'absence mystérieuse du propriétaire de l'île viennent s'ajouter les premières tensions entre convives, aux caractères on ne peut plus opposés. Les premiers " accidents " s'enchaînent. Le soir, une mystérieuse voix va les accuser chacun d'un crime. Leur passé va refaire surface ! (dont un truc notamment, qui, moi personnellement, enfin... vous verrez...)

Un à un, les " petits blancs " vont périr... Une machination infernale est en marche ! Qui donc peut commettre tous ces crimes ? L'un d'eux serait-il le meurtrier ? A qui le tour ? Serez vous assez 'inconscient' pour louper cette comédie parodique ?

A toutes ces questions, il faut répondre dans l'ordre : on l'ignore, probablement, le tour de quoi ? Non, ni moi, ma famille ou mes amis ne sommes pas inconscients à ce point...


Ayant le dossier de presse sous les yeux (ouais, j'me la pète un peu, ouais), je peux te dire que le Frangin joue un médecin. 

Et je ne peux m'empêcher de songer à notre Pépé, médecin, dont la légende familiale raconte qu'il a redoublé sa seconde car il était trop occupé à réaliser les décors de la pièce du club théâtre du lycée cette année là.

Je suis certaine que dimanche soir, il y en a un qui s'est bien marré, là haut sur son petit nuage.

Ou comment parler d'une pièce potache et finir avec le cœur un peu gros ... (c'est mal barré pour qu'il me prenne comme attaché de presse quand il sera star)






Cinq petits blancs
Tous les dimanches et lundis à 21h30 
A la Comédie des Trois Bornes
32, rue des 3 Bornes - 75011 PARIS




Read more...

Stuce n°3 : enceinte, fais porter tes sacs de courses gratos !

>> mardi 11 octobre 2011

Lors de ma première grossesse, j'ai découvert le concept de la livraison de courses.

J'ai commencé soft, en faisant mes courses comme d'habitude dans mon magasin, et en les laissant à la caisse pour livraison dans les 2 heures. C'était sympa, je ne me fatiguais pas, tout en me donnant encore le prétexte à une "ballade".

Puis, à la naissance de Progé, le temps a manqué, et on est devenus Telemarket-addict. On se fait livrer toutes les 2 semaines environ. On est devenus tellement fan qu'on commande même nos courses avant nos retours de vacances, histoire d'être livrés le soir de notre retour. Le luxe !

Seul hic, les frais de livraisons, qui ne sont pas donnés (plus de 5 euros si mes souvenirs sont bons), surtout si on les multiplie régulièrement.



Eh bien, pendant la grossesse d'Entropie, j'ai découvert que Telemarket-mon-amour offrait les frais de livraison à toutes les Grosses Dames, et ce, pendant 9 mois à la réception de mon certificat de grossesse.
Autant vous dire que depuis, c'est un peu la fête à la maison, je ne vais plus au supermarché que pour utiliser quelques bons de réductions (dernier inconvénient des courses en ligne, qui ne permettent pas de profiter des bons en papiers découpés sur les emballages de produit).


Pour en profiter, un mail au service client avec le certificat de grossesse scanné, et youpla ! la réduction s'applique automatiquement à chaque commande, sans rentrer de code (le truc que je suis certaine d'oublier de faire une fois sur deux). 
Nickel pour les Grosses Dames ayant perdu leurs neurones !

J'ai vérifié auprès du service clients que l'offre était toujours valable, car Telemarket est récemment devenu UTelemarket. Donc même si vous ne retrouvez plus l'offre sur le site, faites-le ! Ca, c'est de la Stuce de happy few ...

Alors plus d'excuses : la prochaine que je vois porter ses sacs, je lui fais les gros yeux !



Si toi aussi, tu as des stuces, n'hésite pas à en faire part à toutes les Grosses Dames dans les commentaires !

Read more...

Les théories fumantes de Raoul et La Tellectuelle

>> lundi 10 octobre 2011

Cet après midi, avec l'Homme, Progé et Entropie, suite à mon appel au secours désespéré, on a retrouvé Raoul, LP, Miochette et Dodue aux 400 coups.

Raoul a pu me présenter sa théorie de l'enfant-chien et de l'enfant-chat.

 
L'enfant-chat aime ronronner en intérieur ; il frémit dès qu'on envisage de le sortir de son pyjama/antre/quotidien douillet.


L'enfant-chien est un enfant qui aime à vivre dehors ; il t'amène tes chaussures, ton manteau dès l'aube en espérant que tu accepteras de le sortir.


Trouvant cette théorie terriblement en avance sur tous les écrits pédopsychiatriques du moment, je développe une réflexion sur le fait que j'ai toujours été un enfant-chat. Donc la vie en appartement me convient parfaitement. Hélas, dans mon grand malheur, j'ai pondu un enfant-chien en la personne de Progéniture. L'enfant-chien de notre famille nous fait réfléchir régulièrement au déménagement dans une maison dotée d'un jardin (j'en frémis d'horreur par avance).

Raoul, elle aussi, pousse des cris d'orfraie à cette idée. 

Raoul : -"Tu n'y penses pas ! Habiter à la campagne ! tu vas te retrouver taxi de tes mômes pour les activités du soir et du mercredi. Le 80% te guette !

La Tellectuelle : - Tatata ! le 80% guette l'Homme, pas moi. Moi, depuis le collège, je sais qu'un jour, je serai directrice, en tailleur pantalon avec des talons aiguilles et tout et tout.

L'Homme : - OK mon amour, mais à 0% tant qu'à faire ...

La Tellectuelle : - Raoul, je t'ai déjà parlé de ma théorie des hommes-yaourt ?"






Read more...

  © Blogger template Simple n' Sweet by Ourblogtemplates.com 2009

Back to TOP