Dans le métro, quelque part à Paris

>> mercredi 30 décembre 2009

Entendu mardi 29 décembre à 17h24.

"Non mais moi, je me fais vacciner que de la grippe saisonnière. Comme ça, si je l'attrappe, je sais laquelle c'est."

Moi je dis c'est pô con Lucette, c'est pô con.


Read more...

The maxi col 2009

>> vendredi 25 décembre 2009

En vrai le maxi col c'est soooo 2008, mais le faites pas remarquer sivouplé, ce serait sympa. Merci.

Dans un esprit de fraternité tel que nous devons tous le ressentir le jour de Noël, la Tellectuelle met en ligne son tout premier "tuto".

Et pas n'importe lequel, mazette ! Celui du maxi col ! Diantre, fichtre et poil de yak.

Atta', j'te raconte la genèse. L'autre jour, pardon, l'autre mois, Peggy a fait un maxi col. Je l'ai vu je l'ai voulu. Mais version moi, version tricot. J'ai googlé frénétiquement et je suis tombé chez Gaëlle, aussitôt mise dans ma blog roll tellement son blog est formidouble.

C'était le truc sensé durer deux soirées, ça m'a pris trois semaines.
J'ai tenté les cotes perlées, j'avais compris que c'était réversible et moi je voulais du réversible, beurdel, et ça a pas marché. Crétine, je me suis dit, tu t'es gourru avec le coup des aiguilles circulaires, il faut penser que tu ne retournes pas ton tricot tous les 2 rangs, donc faut tout inverser les rangs envers. Eh ben queud'chi.
Désespérée, je me suis plongée dans la bibliothèque tricotesque de Môm', je suis tombée sur l'explication des cotes de cheval, le nom était rigolo, j'ai tenté.

Ben, je te le dis avant que tu te lances, ça sert à rien de rien quand tu tricotes une grosse laine irrégulière puisque les cotes de cheval, c'est censé te faire des grosses cotes irrégulières. Et c'est pas réversible beurdel (bis).

Bref, après un échange de mail avec la très disponible Gaëlle, je me suis rabattue sur des cotes 1/1 toutes simples.

Mais faisons fi de ces turpitudes tricotesques, c'est du passé, voici le tuto testé, retesté, ratatesté et validé par La Tellectuelle.

Laine Natura de chez Bergère de France
5 pelotes
Aiguilles circulaires n°7

Monter 80 mailles.
Tricoter en cotes 1/1 toutes tes pelotes.
Rabattre les mailles souplement.
C'est fini.


Après, tu sens la chaleur envahir ton cou et la joie inonder le dedans de toi.
Ce qui est chouette, c'est la laine Natura 50% laine, 50% alpaga : quand tu plonges ton nez loin dedans la pelote et que tu inspires profondément, tu sens un peu la biquette. J'aime bien.

En plus, c'est moulti fonction ! Regarde !

Maxi col classique


Cagoule romantique, le regard dans le lointain


Manchon


Révélateur de masculinité du Frangin


Prétexte à photos débiles en extérieur


Bustier préhistorique en poil de queue de rat

[Lors de la grande réception en l'honneur du bicentenaire de la découverte du feu, on a surpris Wilma Pierrafeu, en pleine dégustation d'une verrine de lait d'auroch émulsionné au gaz de pet de mammouth. Le buffet était conçu et réalisé par la maison Menhir Hermé.]

Et au fait :
- Chaussures Kickers collection 1998
- Jean Camaieu
- Veste Sinequanone
- Arrosoir Barbie



Et comme on n'est pas sur un blog de naze, y a même un making of de la séance photo shooting tendance.
video

Punaise, si la Redoute me sélectionne pas au prochain shooting blogueuse mode, je rends mon clavier.

PS : le modèle présenté fait 90 mailles, et c'est trop large (effet triple menton poilu), d'où la réduction à 80.
PPS : je l'ai offert à Noël à Chonch', au bout de 2 jours, elle avait 3 commandes, la fortune de la famille est assurée. Longue vie au maxi col !
PPPS : Chonch' c'est ma soeur plusse manuelle, je vous en parlais y a longtemps.

Read more...

J'aime la Belette, savez-vous comment ?

>> jeudi 17 décembre 2009

La Caverne de la Belette, c'est encore plus mieux que Telemarket (je vous ai déjà parlé de mon amour fou pour Telemarket ? non ?!?).


Une fois ses petits belettaux (?) grandis, la Belette revend les jouets d'occas'.

Emballage impec', qualité des produits au top, et en prime des cadeaux surprises !

Merci la Belette !


Read more...

Mâme Michu à Bourges

>> mercredi 16 décembre 2009

L'autre jour, l'homme et moi, on a rendu visite au Basque, le témoin de l'homme.

Le Basque est exilé à Bourges pour 3 ans ferme. Bourges est une ville remarquable, le centre est magnifique, les bâtiments de toute beauté. Par contre, c'est dommage, y a comme qui dirait un couvre feu : à 16h du monde partout, à 20h plus personne dans les rues, ni les bars du centre ville.
Nous avons mangé dans le resto étoilé le plus naze qu'on ait jamais vu. C'est pas qu'on en ait écumé des milliers, mais quand même, une étoile, merde !

Et surtout, on a visité la cathédrale, dont l'architecture vaut le coup d'œil, promis juré.

Mais le plus incroyable, ça a été la découverte de cette pancarte, à l'entrée :



Nan mais des fois, et le péché, il est absous par la vaccination ?





Read more...

Un soir au Cirque Plume

>> dimanche 13 décembre 2009


J'ai un témoin en or. D'ailleurs c'est bien simple, je me remarierais, je la prendrais encore comme témoin (et ce n'est hélas pas toujours le cas de toutes mes copines fraichement mariées). Ma témoin, on va l'appeler Fluut', parce que ça lui va bien et que c'est moi qui décide comment les gens s'appellent sur mon bloug, na !

Pour mon anniversaire, Fluut' m'a offert 2 places pour le Cirque Plume. Il faut dire que l'on a en commun le goût du plaisir enfantin, du bonheur, des émerveillements simples, et du rire facile.

(Bon, le témoin de l'homme n'a pas été mauvais, puisqu'il m'a offert du rhum. Non décidément, nos témoins on les garde.)

Pardon, je digresse, je digresse.

Le spectacle s'intitule l'Atelier du peintre. C'est une série de numéros de cirque, sur le thème de la peinture sous toutes ses formes. C'est plus un inventaire de l'imaginaire collectif qu'une réflexion poussée sur le peintre et son atelier, mais qui s'attend à un argumentaire en trois parties quand il va voir un numéro de cirque ? Une femme en robe à l'imprimé "klimtesque", un américain fou qui hurle J'ACHETE toutes les heures, la reproduction d'un tableau de nu qui s'anime, des personnages qui disparaissent et apparaissent à travers une toile fendue, façon Origine du monde, une statue qui se met à danser, une séance de peinture à la mitraillette et au bazooka.

Les intermèdes clownesques entre les numéros étaient charmants. J'ai pleuré de rire devant Oui-oui tentant d'attraper une fleur accrochée à son bonnet façon "carotte pour faire avancer l'âne" (je suis très bon public). Un numéro d'équilibriste en poubelle, carrément conceptuel. Nan mais où sont-ils allés chercher ça ?


Quelques moments d'une rare poésie, un numéro de ruban et trapèze féminin extraordinaire, j'y ai carrément vu une métaphore de la condition féminine (ouais je me raconte des histoires dans ma tête quand je vais au spectacle). Aussi un numéro de trampoline pendant lequel des pétales rouges apparaissent. C'est simple, mais bon dieu quelle beauté !


Vraiment un grand merci, Fluut', pour cette magnifique soirée.


Je vous encourage à y aller. Ils sont à Paris jusqu'au 20, puis se baladent dans toute la France, allez donc voir sur leur site, il y a tout.



Read more...

Une histoire de secrets

>> vendredi 11 décembre 2009

Mite oh ma mite, tu as entendu la complainte de la panne d'inspiration bloguesque ...
Me voilà sommée de vous avouer 7 secrets inavouables. Pas facile : je suis un peu la fille la plus chiante de la terre niveau secret (story).


Je me ronge les ongles au point d'envisager l'hypnose.

J'ai choisi mon appart actuel parce que le prénom de la gardienne (et la gardienne aussi d'ailleurs) m'a plu.

Je m'arrache les ongles des pieds aussi.

Je songe très sérieusement à l'abdominoplastie, à moins que quelqu'un ne me propose de racheter (très) cher les droits à l'image de l'œuvre qui tapisse désormais mon bide. Bill Gates, si tu souhaites investir dans l'art moderne, je suis là. Si c'est pour le Guinness Book, par contre, Bill, je te zut.

Je fais pipi sous la douche (quoi je l'ai déjà dit ?).

Je kiffe l'hiver qui me permet de ne jamais m'épiler et mettre quand même des jupes. Collants opaques et bottes sont mes meilleurs amis. Oui les diamants aussi, mais il en faudra beaucoup pour planquer tout ces poils. (Biiiill tu peux faire quelque chose pour moi ?).

Edit du soir (il n'y a plus d'espoir): dernier secret, je ne sais pas compter jusqu'à 7. Mais c'est moins pire que mes commentateurs qui, eux, ne savent pas compter juqu'à 6, l'honneur est sauf. Ou pas si l'on considère le fait que les lecteurs de mon blog sont des acomptables (équivalent personnel d'illettré).

Et j'avais oublié de tagger en retour : mon frangin et pi c'est tout. Qui sait, cela relancera peut-être son blog tout mort ?


Read more...

En mode feignasse

>> jeudi 10 décembre 2009

J'ai des lecteurs adorables (oui bon un seul) qui se demandent si j'a mouru.

Moi ? non ! tout va bien.

J'ai cependant été éloignée du blog car :
  • j'avais des commandes sur VP, elles allaient pas se passer toutes seules;
  • Progé est tombée malade, comme il y a 2 semaines, 4 semaines, 6 semaines, etc.
  • je m'a battue avec mon tricot. Une fois quasi terminé (plus que le montage à faire youkaïdi), je me suis rendue compte que les bretelles étaient toutes pourrites. J'ai donc 4 bouts à démonter et retricoter, ça me gave. En plus c'est du coton, et entre vouzémoi, le coton, c'est tout pourri à tricoter ;
  • ma réputation de tellectuelle ayant traversé la Seine, le quai des orfèvres a fait appel à moi dans une enquête épineuse ;
  • j'ai commencé un nouveau truc, avec des aiguilles circulaires, le kiff. J'espère pas être trop déçue pour vous le montrer bientôt ;
  • j'avais pu trop d'idées pour écrire et je commençais à perdre le plaisir de raconter des conneries, c'était dommage ;
  • mon boulot est finalement assez prenant et j'étais occupée à me griller auprès de toute la direction et de quelques élus. C'est dorénavant chose faite, je peux donc revenir tranquillou bilou.

Bref me revoilou, coucou !

Read more...

Quand ça saute une génération ...

>> vendredi 27 novembre 2009

Vous savez, il y a des traits caractéristiques d'une famille, qui, parfois, sautent une génération. Chez nous, c'est les seins. Pas de bol Maman.

Pour Progéniture, on ne peut pas encore se prononcer, mais j'ai hâte de voir ça. Par contre ...

Progéniture - Ouah ouah ! ouah !
La Tellectuelle - Oui ! le chien fait ouah ! bravo ma puce !

[...]

L.T. - On lit un livre mon coeur ?
P - Ouah ouah ! ouah !
L.T. - Non ça c'est un loup : grrrr, il fait le loup. Grrrrr.
P - Ouah ouah ! ouah !

[...]

L.T. - On va lire l'histoire du petit ours.
P - Ouah ouah ! ouah ! Ouuuuhah !

[...]

L.T. - Il était un joli dauphin qui ...
P - Ouah ouah ! ouah !

[...]

L.T. - Alors, ça, c'est la chèvre. Comment elle fait la chèvre ?
P - Ouah ! ouah !
L.T. - Bêêêêêh bêêêêh ! La chèvre fait bêêêêêh !
P - Ouah ouah ! ouah !



Yapuka espérer qu'elle soit manuelle ...


Read more...

Humour lamentable

>> jeudi 26 novembre 2009

Ce WE, c'était bouffe entre potes de prépa. Ce genre de bouffe qu'on ne voit pas dans un dîner presque parfait. C'était Flammekueche Monoprix, bière, vin blanc, champagne, macarons Lenotre, Armagnac pour les hommes, Mirabelle pour les femmes, humour de merde, blagues à la con.

Eh ben ce qui nous a le plus fait marrer de la soirée, ça a été d'évoquer le Salon International des Arts, Techniques et Équipements Funéraires (encore un salon sans canapé me direz-vous).
Salon qui s'appelle ... je vous le donne Émile ....








Read more...

Angoisse

>> mercredi 25 novembre 2009

Catastrophe ! Ention et damnafer !

Pour la première fois depuis pfiou ! environ ... au moins quoi ... je n'ai aucune commande vente-privée en attente de livraison.

Quel but ma vie peut-elle avoir à présent ???





Je suis parfaitement consciente de la totale contradiction de ce post avec le précédent. Ma paradoxalitude, c'est ce qui fait mon charme non ?



Read more...

Dans une journée qu'est ce que je fais pour ma planète ?

Lu chez Louison, une interrogation fondamentale.

En points positifs :

- Je trie, mais pas avec assiduité.
- Je n'ai pas de voiture.
- Je prends peu l'avion (avec un enfant en bas âge, c'est plus difficile à organiser, notamment quand il faut lui faire éditer une carte d'identité, en sa présence, avec une photo de face, sans sourire, sans montrer les dents, sans fermer les yeux.
- Je fais pipi sous la douche. Alors là on ne rigole pas, c'est scien-ti-fi-que-ment prouvé que c'est sain et bon pour la planète alors camembert mes tracteurs. (clique clique avec le mulot, t'auras même une petite vidéo rigolote)
- J'essaye de ne pas acheter la bouffe emballée individuellement.
- La plupart des nettoyants ménagers que j'achète sont bios.
- Mes ampoules sont à économie d'énergie (et ce serait cool que les progrès récents sur la qualité de leur lumière arrive sur le marché des particuliers)

En points négatifs :

- Je suis une calamité en gestion de l'eau (mis à part l'astuce du pipi). Une vaisselle = la consommation d'eau de l'Éthiopie en trois jours. Jamais réussi à la faire de façon économe.
- J'ai du mal à gérer un frigo, des stocks de bouffe. Récemment, on s'est retrouvé à boire des litres de lait, car 3 packs périmaient le 16 novembre. Bien sur, on était le 5 quand je m'en suis rendue compte.
- Je commence à peine à savoir quels fruits et légumes sont de saison (et punaise, les primeurs ne nous aident pas à nous proposer constamment les mêmes produits en juin et en novembre).
- Je n'arrive pas à réduire ma quantité de déchets. Hier encore, j'ai reçu une vente privée Décléor. J'ai compté et il y avait 1)le carton d'envoi, 2)les sacs plastiques remplis d'air pour amortir les chocs, 3)le carton du coffret, 4)le sac choupi en tissu qui contenait les produits, 5) les cartons emballant les produits + les notices d'utilisation.
- J'ai des boules de lavage (importée du bout de la terre) que je n'utilise pas, peu convaincue de l'efficacité (bah ouais, une lessive qui sent pas la lessive, j'ai pas l'impression que c'est propre).

Mouais, y a du boulot ...

Read more...

Y a comme une épidémie en ce moment non ?

>> mardi 24 novembre 2009

Nan j'te cause pas de la grippe A, trop people. Mais de l'horrrrible, de la terrrrible, de l'infâââââme gastro.

Samedi, c'était Progé. Et lundi de concert et en fanfare, l'Homme et moi. Horreur.

Mais depuis 10 minutes, je suis auréolée de consolation, fière comme tout de ma gastro.

Voui carrément.

Je viens d'apprendre que la dernière fleur de Caro,(si, vous savez, la ronde qui pense la plusse connue du ouèb) avait aussi eu la gastro ce WE, et que toute la famille était en train d'y succomber.


Chuis comme toute inondée de fierté là, t'imagine pas.

Rose et Progé dégueulant ensemble, chacune à un bout de Paris. Gloire.


Read more...

Addiction(s)

>> vendredi 20 novembre 2009

Rien n'est plus difficile à modifier qu'un comportement addictif.

Tenter de le supprimer, c'est souvent créer une autre addiction, qui viendra en dérivatif, comme pour détourner notre attention de la précédente.
Les ex-fumeurs qui ont pris 10kg en savent quelque chose.

Il y a peu, j'ai réussi à me débarrasser d'une addiction d'autant plus gênante qu'elle est visible ... comme le nez au milieu de la figure !

Je ne me méfiais pas, en 2001, lorsque j'ai choisi une paire de lunettes bordeaux.
Rétrospectivons un coup, voilà le résultat de cette imprudence :


Cet été, j'ai changé de lunettes, et, lèveuh les bras, balance toi ! je suis sortie victorieuse de chez l'opticien : mes nouvelles lunettes étaient grises et noires.
Hourra hourra youplala !


On remarquera l'apothéose, que dis-je, le climax de ma folie : en 2007, le rouge s'assumait pleinement sur mon auguste pif (hahaha ! auguste le clown, avec son pif, rouge, vous saisissez ? hein qu'elle est bonne ? hein ? non ?!).

Depuis quelques mois, je m'en vais, le cœur léger et le pas alerte. Je me sens libre.

Et puis hier, j'ai reçu mon nouveau téléphone portable. Conforme en tout point à ma commande.
C'est en ouvrant le colis que l'horrible vérité m'est apparue.

Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah !

Read more...

Vis ma vie de greluche

>> mardi 17 novembre 2009

L'autre jour, avec mes copines greluches, on a fêté mon anniversaire.

Je ne sais pas si vous avez des copines greluches. Avec les miennes, on se fait des soirées fiiiilles avec des conversations hautement tellectuelles (les hommes, ces salauds/ces cadeaux du ciel, t'as quoi en ce moment comme contraception ?), des ciné fiiilles (Sex & The City, Dreamgirls), bref vous m'avez comprise.

Bon, je ne vous cache pas qu'au fil du temps, nos activités de fiiiilles se sont singulièrement masculinisées, que voulez-vous, c'est le progrès de l'égalité des sexes qui est en marche (et nos relations de couple stabilisées aussi).

Quoi qu'il en soit, pour mon anniversaire, je voulais un vrai cadeau de fille : un fer à boucler. Chez Fromage et Dessert, ce genre d'ustensile est considéré comme inutile et superflu.

Or, la boucle, c'est un peu mon fantasme depuis l'enfance. Ado, j'ai passé de longues heures à me mettre des bigoudis, j'ai même succombé à la permanente pour mes 20 ans.

Toute excitée, j'ai testé mon cadeau ce week end.

Bilan : 7 brulures, 15 cris rageurs, 24 exclamations, 2 fous rires.

L'homme, tout parfait qu'il est, n'en reste pas moins taquin. Alors il a pris quelques photos qui vous résumeront mon état d'esprit.


Épuisé par cette séance photo, il n'a pas voulu en faire du résultat. Alors, je vais vous le décrire : pas vraiment chic mais drôle, fun, étonnant. Ça a tenu 2 heures. Et le lendemain, j'avais un brushing d'un lisse incomparable, LE truc que je n'arrive jamais à obtenir avec une brosse ronde et mon sèche cheveu. Agaçant.

Pour vous aider à vous rendre compte, ça ne ressemblait pas du tout à ça :
Mais plutôt à ça :

Vous me croyez si je vous dis que je réessaierais un jour malgré tout ? La boucle, c'est mon sacerdoce à moi.


Read more...

Le brunch de biatch me fait bicher

>> lundi 16 novembre 2009

Z'avez vu ce titre tout plein d'assonances ? L'est beau mon exercice de prononciation hein ?

Y a des lunes, le gang des biatchs au grand cœur (à moins que ce ne soit les araignées qui s'grattent le cul ?) s'est réuni. Les copines en ont d'ailleurs bien parlé à l'époque.
J'm'étais tapée l'incruste sans vergogne, en vilaine non-blogueuse que j'étais alors (ouf, depuis, je suis devenue blogo-fréquentable). D'ailleurs, c'est un peu grâce à elles que je me suis lancée, spécial dédicaces mes biatchs d'amûr.

Ben, on a remis ça youpla ! Et en soirée cette fois-ci.
Princesse Soso, vous connaissez sa fanatiquerie de la japan food, avait exigé que ça se passe au Comptoir Nippon.J'étais un peu sceptique je l'avoue, le Japon et mes papilles, c'est pas des potes. Le cru j'aime pas ça alors, les makis/sushis pouark !

En plus, ce soir là, Soso s'est retrouvée terrassée par une saloperie de virus qui n'a même pas eu l'à-propos d'être la grippe A.
Impossible pour elle de quitter le pays des vaches pour rallier la ville lumière. Dépitée, j'étais, je venais de finir le fleurissement de la chambre et le repassage des draps de soie afin de l'accueillir comme il se devait.

Heureusement, la perspective de retrouver La Pestouille, La Mite O et Sugar n'a pas entamé ma motivation à traverser Paris.

Je dis heureusement, parce que c'était une putain de bonne soirée.

Je n'avais pas compris qu'on n'allait pas dans le japonais de base tu vois. Quand tu arrives, la serveuse t'enfile un tablier noir. (Nan mais oh mademoiselle, on a tellement l'air de grosses cochonnes qui vont s'en mettre partout ?)
Et on s'installe sur des tabourets en hauteur, sur une trèèèès grande table, ambiance table d'hôtes "je mange avec des inconnus en tablier comme moi, youkaïdi, je vais laisser tomber mon masque froid et revêche". Au centre de la table, une grande plancha-qu'on-n'appelle-pas-comme-ça-parce-qu'on-est-au-Japon-et-pas-en-Espagne-spice-de-grognasse = un teppanyaki.

Première découverte qui nous fait regretter la présence de Princesse Soso : ô joie ! Le restaurant a tout prévu pour nous les fiiiilles so fachieune, qui ne manquons pas de sortir avec nos Lancel, Zadig & Voltaire et Monoprix en faux cuir (La Tellectuelle n'hésite pas à avouer sa totale non-classe). Un crochet situé sous la table est destiné à accueillir nos it-bag.
En effet, la dernière fois, Soso nous avait éblouies d'un incroyablement pratique crochet-à-it-bag portatif.


Nous choisissons tant bien que mal nos menus, du choix en veux-tu en voilà, du traditionnel, du fusion, du qui fait envie.

Les filles prennent en entrée sushis, sashimi et california rolls. Quant à moi, pour éviter le cru tant craint, je choisis des tempuras de gambas et de légumes. A se rouler par terre les tempuras. La gamba(s ?) est fraiche, pleine de goût.

Puis on passe aux choses sérieuses : le teppanyaki. Le cuisiner s'installe à notre table, et en quelques secondes, les morceaux de tofu tressautent, les gambas dansent, les émincés de bidoche volent. Souvent, dans nos assiettes, parfois jusque sur nos genoux/nez/bras. Ça perd un peu de son cérémonial, mais nous sommes hilares. Si vous voulez des videos, c'est chez Sugar que ça se passe !
En plus, une fois les gloussements tus, c'est super bon.

Seul bémol, vous serez peut-être amenés à prendre votre dessert pendant qu'on fait cuire du canard devant vous. Mélange d'odeurs ... bizarre.

Un resto à recommander, exotisme et saveurs assurés.


Au Comptoir Nippon
3, Avenue du Maine
75015 Paris


Read more...

Un salon chouettos et sympatoche

>> samedi 14 novembre 2009

Oui, j'aime à utiliser des locutions des années 80 et ajouter des déclinaisons de baltringue.

L'homme, qui assume parfaitement son rôle d'animateur de la vie familiale (soupir énamouré), me déclare hier : " Demain, on va au salon des Papilles en Fête. En plus, c'est juste à coté de la maison."


Alors bon, c'est 5€ l'entrée. Au début, je ronchonne, parce que l'idée de payer pour pouvoir ensuite dépenser, ça me gave. L'homme balaie mes critiques d'un sobre "d'façons l'an prochain, on payera rien, puisqu'on aura des invit'".

Dedans, bonne surprise, ce n'est pas bondé (effet de la jeunesse du salon ?). Nous n'avons jamais été bloqués, poussés, bousculés, alors que nous étions en poussette.

Comme prévu, plein de stands de bouffe (maaaaaaaaanger ! maaaaaanger !). Globalement le vendeur n'est pas regardant à la découpe et fait goûter allégrement.
Et moi, c'est bien simple, tu me tends une lichette de fromage, un morceau de jambon, une part de brioche, un verre de pinard, tu deviens mon meilleur pote et le siphonneur potentiel de mon porte feuille.

Alors, je vais pas vous en dire plus, mais juste pour vous donner une idée de la variété des stands, faire une petite liste de nos achats dans l'ordre d'apparition :
  • du comté, de l'abondance
  • des galettes de sarrasin en guise de repas afin de pouvoir déguster sans perdre la face et l'équilibre (cf. point suivant)
  • du grand vin de Bordeaux (cf. point précédent) mais je ne vous raconte pas quoi ni combien, parce que mes parents lisent ce blog et vont craindre qu'on ne puisse pas payer notre loyer ce mois-ci (meuh non ! nous n'avons pas dépensé l'équivalent d'un loyer voyons ... dit-elle d'un air détaché)
  • du chocolat et de la pâte à tartiner qui n'a rien de rien à voir avec le Nutella (à part le haut potentiel calorifique et addictif)
  • de la tomme de brebis, de la brioche, du pain aux noix
  • du roquefort (pour aller avec le pain au noix)
On a été très raisonnables, on n'a pas acheté de miel, de thé, de gâteau basque, de Bourgogne, de charcuteries de toutes les régions possibles, ni de bouquins de cuisine, ni même d'accessoires.

Par contre, pour "rentabiliser", j'ai été à un mini cours de cuisine gratuit proposé par l'Atelier des Chefs. Bon, en 1/4 d'heure, je suis pas au niveau CAP de patissier hein, mais j'ai quand même appris à faire un caramel sans qu'il fige/crame/cristallise/ou toute autre chose qui a pu arriver à un de mes précédents essais de caramel. Et ça, bordel, c'est pas rien, ça valait bien les 5 euros d'entrée.
Bon y m'ont bien donné envie d'aller à leurs vrais cours payants, mais on n'a rien sans rien ma pov'Lucette (appel à candidature : qui veut viendre avec moi tester leurs supers cours de cuisine ???)

Et, en fait, c'est ça, le super bon plan de ce salon : tu as plein plein plein d'ateliers et de démonstrations gratuites. Les personnes en fauteuil roulant peuvent assister à des cours dans un stand à la hauteur adaptée (ben ouais, les plans de travail à 1m20, c'est pas ce qu'il y a de plus pratique). Y a même un atelier pour les gamins. Et la vérité, les mômes, ils avaient l'air ravis. On a juste regretté de pas avoir conçu Progé un peu plus tôt, parce qu'à 11 mois et des brouettes, l'était pas dans la cible.

Bref, les Parigots qui s'emmerdent demain, n'hésitez pas, vous y passerez un bon moment.


Le mot de la fin, c'est un môme croisé dans les allées qui l'a eu :
"Mais Maman, c'est pas un salon, ça ! Dans un vrai salon, il y a des canapés !"

Read more...

Kiki veut un doudou ?

>> vendredi 13 novembre 2009

Nan parce que , j'ai plein de nouvelles idées.



Sobre et de bon goût n'est-il pas ?

Read more...

Torsades et bouboules

>> mardi 10 novembre 2009

Ce qui est chouette quand on est débutante au tricot, c'est que chaque ouvrage est un nouveau défi.
Ou plutôt on choisit chaque nouvel ouvrage pour relever un challenge.

Là, je voulais tenter les torsades. Parce que quand même, les torsades ça claque, ça pète, ça te pose ta tricoteuse tellement experte qu'elle est née les aiguilles à la main (pardon Môman).

Mon envie de torsades et moi, on est quand même des grosses feignasses, doublées de froussardes. S'agissait pas de me lancer dans un plaid immense, avec un stock de pelotes mastodontesque okazou j'abandonnais, terrassée par la difficulté (kikiveu un plaid turquoise à torsades ?).

Alors mon envie et moi on a un peu tiqué sur ce modèle là :
Catalogue Bergère de France 09-10
Modèle 186
Laine Magic+



Ma grande, que j'me suis dis, v'la de la torsade technique sur un modèle pas trop long à réaliser.
Et la gamine choupinouchette, on va pas s'mentir, c'était la bouboule sur la torsade, alors j'ai craqué ...

Me restait à trouver le destinataire de l'œuvre future, sinon jamais je ne la finirais cette écharpe. Il se trouve que je suis bien pourvue en frangin/e/s (deux de chaque modèle, en des tailles différentes, ça laisse un joli potentiel de tricots à réaliser) et Minette, qu'est un peu mon omega (comprenne qui pourra), rentrait dans la cible.

J'ai commencé mon écharpe en compagnie de ma copine Calamity Laine, qui voulait prendre un cours de tricot. Elle souhaitait, elle aussi, réaliser une écharpe, et sortir du basique point mousse qu'elle commençait à maitriser. J'y ai donc appris le point envers, le point endroit et les cotes 4/4. Peut-être qu'un jour je vous ferai part de ses compte rendus hilarants qui ont émaillé le tricotage de l' "ultra orange" (le destinataire de l'écharpe affectionnant particulièrement cette chaude couleur).

M'enfin, pendant qu'elle se battait avec son orange, je commençais à batailler avec ma torsade.
Déjà le modèle commençait en fanfare avec une bouboule. Je ne vous cache pas l'hystérie totale qui m'envahit à la fin de la réalisation de la première bouboule.
"J'ai fait une bouboooooooooooooooule ! regarde ! comment j'en reviens pas de savoir faire les boubouuuuules !"
En plus, l'homme est arrivé un peu après que je me sois remise de cette émotion, ce qui m'a permis de recommencer tout mon saoul.
"Regaaarde ! La belle bouboooooooooooooule ! regarde ! t'as vu comment je sais bien faire les boubouuuuules !" (cet homme est un saint.)


Et voilà, seize crises d'hystérie plus tard (oui, vraiment, cet homme est un saint), Minette arborait une nouvelle écharpe.


Allez Minette, fais pas ta timide quoi ! Montre aux gens comment elle te va bien au teint cette écharpe !


Bien ! Maintenant souris à l'objectif ...


Oui voilà c'est ça : quelle émotion de voir éclore une grande carrière de mannequin.



(t'y as vu comment il est magnifique le pull de Minette ? c'est un pull tricoté par Môm' pour Crapaud 1er, que Minette a récupéré, la veinarde. J'espère bien le chourer pour Progé quand elle sera grande)


(en fait Môm' et toutes les vraies tricoteuses de la planète savent que les torsades c'est easy easy, et que ça claque juste aux yeux des néophytes incrédules, mais chut rhoh !)


Read more...

Kouchner a mélangé Pasqua ! Aaaaaaaaaaah !

>> samedi 7 novembre 2009



Enjoy.
Et visez pas la grotte maya, hein !

Read more...

Une passion qui dure (goise)

>> mercredi 4 novembre 2009

J'ai le malheur d'avoir épousé un homme au réseau social très développé. Et je ne vous parle pas du nombre de ses amis sur facebook. Je vous parle de vrais gens.
Y parait que ça s'appelle l'esprit du Sud, le pays où les gens se tutoient tous et te claquent la bise sans te prévenir et sans se présenter (je suis une fille de l'Est, froide et revêche, et ça me laisse encore perplexe).

C'est ainsi que, lors de la naissance de Progé, on a reçu moult cadeaux de personnes dont je connaissais à peine l'existence.

Cette avalanche de cadeaux aux provenances multiples est très agréable, mais parfois complexe à gérer.
"Chéri, tu te rappelles qui a offert la salopette mauve ? Ce n'est pas Tata Jeannine qui a offert le manteau mauve, c'est certain, mais est-ce la demi sœur du cousin de la voisine ou l'ami d'enfance du jardinier de tes parents qu'il faut remercier ?"

Par exemple, la femme de ménage de la grand mère maternelle de l'homme nous a offert un cadeau.

Alors, comme on le fait souvent, on a pris une photo, envoyée à Pelle Maman, qui a retransmis à Mamie, qui a retransmis à sa femme de ménage, que l'on va appeler Yolande pour plus de commodité.
Ouf !

Il se trouve que Yolande a accouché d'un beau petit garçon au printemps dernier. Et nous l'avons rencontrée cet été, ce qui a permis une jolie rencontre de bébés comme les jeunes mères affectionnent. Les gamins, eux, s'en secouent le hochet d'ailleurs. Mais Yolande et moi, on étaient ravies.

Bref, j'étais acculée, le dos au mur, il fallait rendre la politesse, que dis-je, la gentillesse qu'elle nous avait faite.

Vous savez que je suis envahie de pelotes turquoises surnuméraires depuis ma couverture de débutante.

J'ai donc fait d'une aiguille, 3 tricots et hop ! une semaine plus tard, voilà un petit ensemble pour garder le petit bout bien au chaud cet hiver.

Catalogue Bergère de France Tricot Baby n°145
Modèle 7
Laine Ciboulette (encore et toujours)




Je trouve que c'est l'ouvrage qui a le meilleur rapport temps passé/effet final. En 5 jours, c'était plié.

Ou alors, je m'améliore. Mouais ...


Read more...

Une jolie boutique

>> dimanche 1 novembre 2009

Tu cherches des beaux jouets en bois pour ton loupiot ?
T'as envie d'une boutique pratique, éthique et esthétique ?
Ben viens donc par ici.

Une copine de
Peg vient d'ouvrir Vert Eveil.

Et la vérité, c'est sympa, j'te jure.

Tu peux chercher les jouets ou les bouquins par thème, par âge, par type et par éditeur. Si ça c'est pas pratique !
En plus les frais d'envoi sont corrects (5 à 7€) voire gratuits au dessus d'un certain seuil.

Je te laisse aller regarder le site, il est mignon comme tout avec ses illustrations adorables.


PS : les esprits chagrins feront remarquer que je ne fais cet article que pour tenter de gagner une chouette guirlande pour Progé. Ils feraient mieux de relayer l'info épicétou.


Read more...

O-mite m'a taguer

>> jeudi 15 octobre 2009

Ouh pinaise, je viens de me faire dépuceler du tag. Vouais carrément.

C'est donc les joues roses, et le menton fier que je réponds au tag de LMO

Voici donc le lieu depuis lequel je blogue :



C'est donc chez moi (je blogue trop rarement du boulot, et puis c'est mal, donc je vais pas l'avouer en photo nan mais oh !), dans la pièce à vivre, et au cas où vous seriez bredins, je vous ai tout bien expliqué en schéma.


A présent, je refile le tag à Babykatze et Bluael, et puis La Luciole et puis ce sera tout.

Read more...

Moratoire contre Mort aux cons.

>> lundi 12 octobre 2009


J'avais envie de vous causer de Mort Aux Cons de Carl Aderhold.

De vous dire combien l'écriture était faible et l'intrigue vide.

Puis l'homme m'a dit "Ça n'en vaut même pas la peine en fait".

Il n'a pas tout à fait tort.

Read more...

Premières coutures

>> samedi 10 octobre 2009

Je ne vais pas m'étendre sur les rideaux, l'ourlet est 10 cm trop court, beurdel. J'ai décrété que c'était mieux pour que Progéniture ne joue pas à s'enrouler dedans. La Tellectuelle sait trouver les arguments (qui a dit "de mauvaise foi" ?) pour continuer à croire en la lutte.

J'ai créé l'occasion de me servir de ma machine peu de temps après le fiasco des ourlets.
Pour maîtriser un peu la bête, j'ai passé quelques heures à tester la tension du fil, la longueur, la largeur des points sur un tas de chutes. Je crois que je vais garder ce truc pendant un bon moment : avant de piquer, j'aime bien tester un coup pour voir, pour m'échauffer, vérifier que ça va pas être trop vilain et que le rendu sera potable. (Babykatze, suite à ton com', c'est le seul conseil que je puisse te donner à l'heure actuelle pour tes débuts en couture).

Gros craquage sur un pyjama choupi chez Monoprix, je le voulais pour Progéniture, mais il ne restait que des petites tailles, donc c'est devenu un cadeau de naissance (encore !!?).

Revenue à la maison, passé le stade du "il est trop choupi ce petit oiseau-hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiih !", je trouve que c'est un peu "léger" mon cadeau.


Je me suis donc mise en tête de réaliser un sac à pyjama assorti.

Le modèle est chez Sensoussi.
Simplissime, réalisé en 10 minutes qu'elle dit. Mouarf !

Comme j'aime bien me compliquer, et que je voulais tester ma machine sous toutes les coutures (huhuhu), j'ai mis un appliqué (rappelant le motif du pyj' s'il vous plaît !). Le piou piou vert est en tissu raide et épais (récupéré sur un tissu réservé à un autre projet), le sac rose est en tissu plus fin et en jersey, donc le rendu n'est pas nickel tip top ...

Et j'ai fait un cordon en tissu assorti au lieu d'une bête cordelière toute faite (instruction chez La Bobine, qui est une vraie mine d'or pour les débutantes en couture, tout y est). (Nan mais j'me la pète mais en vrai j'en avais pas en stock, et j'étais à la bourre pour le cadeau voilà voilà).

Et voilà le résultat :





Read more...

C'est la compagnie des lapins bleus

>> mardi 6 octobre 2009

Cette année, j'ai une bande de copines qui a accouché en rafale.
L'image manque d'élégance, mais 3 accouchements en moins de 3 mois, c'est de l'ordre du tir en salve, nan mais oh !

Un peu désappointée par mon expérience du pyjama porté en moins de temps qu'il n'en fallait pour le tricoter, je me suis tournée vers les doudous. Chez Fildoux, j'ai dégotté un lapin sympa, avec des looongues oreilles, des loooongues pattes, idéales pour se faire attraper par les petites mains malhabiles.


Catalogue Phildar IN&Out n°7
Modèle 71A
Laine Phil'Douce


Trois lapins plus tard le bilan : un lapin ça va ; trois lapins, bonjour le bol'ras.

Je n'avais pas tilté qu'un lapin = 16 petits morceaux de tricots biscornus. Soit 48 bidules à coudre entre eux, moi qui déteste le montage.

A la fin, je ne pouvais plus les voir en pelotes, Saturnin, Mathurin et Antonin, je leur trouvais tous les défauts.
Quelques mois plus tard, je leur trouve malgré tout une bonne tête, et je crois savoir que leurs petits propriétaires les bavouillent, les mâchouillent, les tripatouillent consciencieusement.

Read more...

C'est un beau roman, c'est une belle histoire

>> dimanche 4 octobre 2009

Un jour j'ai rencontré ma MAC. Non, pas mon MAC bande de mauvais esprits.

Des mois que je la rêvais, que je l'idéalisais.
Des mois que je m'imagine, le pied sur sa pédale, les ciseaux sur un patron.

Et un jour, paf ! une vente privée Pfaff.
J'ai fait d'une souris deux clics et hop ! 3 semaines après je la recevais dans son beau carton.

Alors j'ai potassé de longues heures la notice. Surfé sur un tas de blogs de couture. Joué avec toutes les molettes, changé 15 fois d'aiguille.

Tellectuelle (greluche) affrontant l'engin.

Et puis je me suis lancée ... Il me fallait un projet d'envergure, à la hauteur de l'événement.


Alors j'ai fait ... les ourlets des rideaux de la chambre de Progéniture ...



Read more...

Mon père m'a donné un mari ...

>> mercredi 23 septembre 2009

Forte de mes succès turquoises (présentés ici ), je décidais, début décembre, de me lancer dans un ouvrage plus ambitieux.

Un pull pour l'Homme, voilà un projet qui ne sera pas définitivement rangé l'an prochain, voilà un projet durable.
Chic c'est les soldes chez ma bergère préférée, ça va m'éviter de dépenser des milles et des cents dans un truc que je ne finirais jamais. On commande donc en ligne, des pelotes à prix bradé.
Chouette, en plus il y a des modèles en téléchargements gratuits ! Nous choisissons donc ensemble le modèle.

Alors, il est pas beau ce modèle ?


Première déconvenue lorsque je reçois les pelotes, la couleur ne rend pas exactement comme sur l'écran. Ce orange est un peu trop fluo à mon goût. Cependant l'Homme reste enthousiaste.

Je m'attelais donc à la tâche.

Je ne vous cache pas qu'il y eut des larmes et du sang, (= bordel, il me manquait 2 pelotes, pas moins, et la couleur n'existait plus quand je m'en suis rendue compte. (Ça m'apprendra à acheter des coloris fluos bradés) Fort heureusement, ma Mémée (qu'est tellement forte, qu'est tellement balèze, qu'est tellement chouette que je lui ai dédié un facebook group) a dégotté les 2 dernières pelotes couleur "Chaudron" de France dans sa boutique habituelle)

Et voilà le résultat.

Modèle Bergère de France n°259
Laine Celtic

Voilà un pull qu'est tellement flash de la couleur que l'Homme est obligé de fermer les yeux quand il le porte.

La prochaine fois je lui tricote un chien d'aveugle, et c'est tout bon.


PS : les plus observatrices remarqueront qu'il n'y a que 2 rayures et non 3 comme sur la photo du (beau, n'est-il pas ?) modèle. C'est parce que je n'ai compris qu'au 3/4 du boulot comment lire une grille sur des explications de tricot.
PS2 : l'Homme m'a signalé qu'il était un peu serré. Tu te mettras au régime que j'ai répondu. Y parait que les épaules ça rétrécit pas au régime. Pfff ...
PS3 : Mais tout va bien néanmoins, parce que "j'ai encore aucun pull de cette couleur-là". Tu m'étooooooooooooonnes !


Read more...

La Tellectuelle n'est pas modeuse, c'est là son moindre défaut.

>> lundi 21 septembre 2009

Depuis quelques temps, je me pique de m'intéresser à la mode. J'essaye de sortir du triptyque H&M/Zara/Camaïeu.
Faut dire que je viens de changer de boulot, et que je suis devenue quasi chef. Alors j'ai envie de sortir du sempiternel jean-pull qui faisait mon quotidien jusqu'alors.

Alors quand j'ai vu la vente privée Vanessa Bruno, je me suis dis en voilà une occasion qu'elle est bonne, ça c'est de la marque qu'une chef le vaux bien.

Ben je le vaux peut-être bien, mais je dois pas être très câblée Vanessa.


Déjà je vois un bonnet que je suis capable de tricoter pour 10 euros, je tique, mais j'imagine que ça fait ça à toutes les couseuses/tricoteuses (Lapunaise, si tu m'entends).
120€ bradé à 55€



Et puis soudain, c'est le royaume de l'immettable ... Vanessa , c'est un peu comme le Chiquito de Trombles les Pompes le vendredi soir, 7 salles, 7 ambiances, sauf que c'est (vraiment) pas gratuit pour les filles.



Ambiance Chuis toute nue sous mon pull

110€ bradé à 49€ ........................................ 270€ bradé à 69€




Ambiance Oups je m'a rhabillée trop vite en sortant des toilettes
230€ bradé à 89€




Ambiance Si le boyfriend jean est ton ami, le boyfriend caleçon est un gros con

140€ bradé à 59€




Ambiance Barbie Pocahontas
550€ bradé à 149€




Ambiance Et meeeeeeeeerde, Condechat s'est encore fait les griffes sur les Pamper's de Progéniture !
370€ bradé à 125€




Ambiance Si t'es mode, paye ton aube
585€ bradé à 199€




Ambiance Chéri, tant que tu feras pas la vaisselle, grève de l'épilation J+492

330€ bradé à 149€





Billet non sponsorisé (nan sans déc' !!?!!)


Read more...

Des fois j'me demande

>> vendredi 18 septembre 2009

Des fois j'me demande, quand j'ai mal au bide "hors saison", si chuis pas enceinte.

Des fois, j'me demande, bordel, si mes collègues comprendront un jour comment se servir intelligemment d'une messagerie.

Des fois, j'me demande, mais ça dure pas, comment je peux être aussi oversupercompétente.

Des fois, j'me demande, lubie -bibibibi- bizarre, si je devrais pas me faire "femme au foyer" pour réussir à commencer ce p$¨£&# de débardeur en coton, déjà recommencé 2 fois et à redémonter encore une fois.

Des fois j'me demande, larmoyante devant la nouvelle pub GDF, si chuis pas enceinte.

Des fois j'me demande, au bout de quelques semaines, si je retrouverai une sexualité un jour.

Des fois j'me demande, j'ai grave la pression, ce que je vais bien pouvoir offrir à Louison pour son opération Fil rose.

Des fois j'me demande, lucidité soudaine, si je devrais pas dire à ma famille que je les aime.

Des fois, ah mais ! ta gueule un peu ! c'est le WE quoi !



Read more...

Karaoke mon amour

>> samedi 12 septembre 2009

Hier soir c'était l'enterrement de vie de jeune fille d'une copine.

Les témoins ont souhaité faire un clin d'œil à son année à Singapour et nous ont entraînées dans un restaurant karaoké chinois. Tout un programme.

L'extérieur ne paie pas de mine, ou si, justement, ça paie carrément sa mine. La vitrine est une fontaine sur vitre, impression de rentrer dans un aquarium.
La déco est du pire goût possible, arche de fleurs en plastique rose, moquette rouge, déco dorée et surtout, deux énormes homards (en plastique ?) accrochés au mur dardent vers vous les grosses diodes qui leur servent de regard.
Les tables sont rondes, assez vastes, avec le plateau tournant en verre au milieu.

Le serveur, tout droit sorti d'un film de gangster taïwannais nous guide tout au fond du restaurant. On y retrouve une amie qui nous avouera plus tard, qu'arrivée la première, elle nous a appelée afin d'être certaine que quelqu'un sache où elle était si jamais on l'enlevait.

Le DJ/animateur/chanteur est magnifique, sûr de lui, très à fond.
On comprend très vite que les habitués sont là. Une famille, venue chanter à l'occasion d'un anniversaire, un couple, une bande de potes, ces gens ont l'air de s'être déjà croisés. On a presque envie de faire partie de la bande.

Choix du menu (on ne s'emmerde pas trop longtemps, la carte est infinie, on prend donc le menu "mini", car il faut dépenser un minimum de 20 euros pour assister au karaoke.), du vin, puis plus difficile, choix des chansons. Un classeur classé par langue puis par ordre alphabétique présente des milliers de titres, dans les styles les plus variés. On a failli tenter un truc en néerlandais, mais on s'est révisées au dernier moment. Chaque table choisit ce qu'il lui plait et les chanteurs se succèdent, avec plus ou moins de succès, mais tous jubilent.

Au moment de l'entrée, voyant arriver une montagne de nems, une copine rigole et dit "tiens voilà quatre nems". La future mariée a cru, sans s'en étonner un seul instant qu'un numéro mettant en scène quatre naines allait commencer. Ce lieu est le lieu de tous les possibles.

J'étais la plus motivée de la table, une semaine que je me trémousse en chantant sur tous les toits "vendredi c'est karaoke", une semaine que je trépigne, hiiiiiiiiiiiiii. Je suis donc chaude bouillante et me lance la première dans une interprétation magistrale de Mon mec à moi. La table est en délire, et moi, j'ai le trouillomètre à zéro. J'ai pas assez bu, j'ai pas assez bu, j'ai pas assez bu, je répète comme un mantra en montant sur l'estrade pailletée de 20cm de haut.

Le kiff total. Ça me rappelle les pestacles montés entre cousins quand on était mômes (en tant qu'aînée, j'étais metteuse en scène, rôle titre, maquilleuse et costumière), ça me rappelle le groupe de djeunz qui chantait de la variétoche dont je faisais partie, ado.
Je redescends les mains moites et le cœur battant la chamade. Je veux y retourner. Hiiiiiiiiiiii quoi.

Quelques chansons passent, on sent les pros, certains sont même carrément bons, et là une apparition. Un improbable. Une coupe comme on ne l'imagine pas, des cheveux très courts, des cheveux très longs, jamais là où l'on est en droit de les attendre. Il réclame Billie Jean. Le dingue.



Et là soudain, Michael apparaît, il est parmi nous. Ce type en était la réincarnation chinoise. Qu'Elvis Presley me foudroie si je mens. J'ai vu de mes yeux vu Michael Jackson posséder un chinois, majeur en plus.

Ce lieu est le lieu de tous les possibles.

Chinatown Belleville
27-29, Rue du Buisson Saint Louis
75010 Paris




Read more...

Transformons l'essai !

>> dimanche 6 septembre 2009


Forte du succès de la couverture, je me suis lancée dans le premier modèle estampillé "Facile" du catalogue bébé de Pastourelle de Navarre : un pyjama.

Je ne me suis pas dit une seule seconde, prend plutôt le deuxième, le gilet là, à coté. Pas une seule.
Quand je vous dis que le sens pratique, c'est pas mon point fort.

Et je n'avais que 2 aiguilles à tricoter de la taille a-des-couettes. Normal me direz-vous. Sauf qu'un pyjama, ça a des jambes voyez-vous. Ça m'avait pas effleuré. Et quand tu tricotes une jambe, ben, faut la mettre de coté, le temps de tricoter l'autre, puis les relier.
Je me suis retrouvée à inventer un système de cure-dents d'attente totalement foireux.

Moralité, on voit encore la démarcation, puisque mes manipulations malhabiles ont détendu les mailles. Pffffffff.

Sinon, je vais vous la faire courte, c'était effectivement facile.

Mais je ne savais pas que le montage (=la couture du tricot) était le truc le plus méga pénible de la terre. Ben ouais quand j'étais petite, c'est môman qui faisait le sale boulot (bénie était ma mère).

Et puis il a fallu coudre les pressions, et puis un ruban, et puis ... bref, à la fin, j'avais l'impression d'avoir totalement salopé mon travail. Très frustrant.

Heureusement, Progéniture a su me consoler en étant absolument cromignonne dedans :

Catalogue Bergère de France Tricot Baby N°145
Modèle 1
Laine Caline


Et un peu grande, ça tirait vaguement à l'entrejambe. Pffffffff (devoir de vacances : compte le nombre de "f" dans ce billet, et tu gagneras, euh ... la satisfaction d'avoir un accompli le truc le plus inutile de ta journée ?).

La layette c'est po rentable
. Progéniture a porté son pyjama 1 mois à tout casser.


Et maintenant admire comment couverture et pyjama vont trop super bien ensemble :


Read more...

  © Blogger template Simple n' Sweet by Ourblogtemplates.com 2009

Back to TOP